Accès direct au contenu

Philippines : premiers constats

Urgence
Philippines
Handicap International a envoyé plusieurs personnes pour évaluer les besoins des victimes du typhon Mangkhut. Pierre-Louis Bercion témoigne.
Des palmiers couchés et une grosse portion de terres inondées après le passage du typhon

Handicap International a envoyé plusieurs personnes pour évaluer les besoins des victimes du typhon Mangkhut. Pierre-Louis Bercion témoigne.

Le typhon Mangkhut, qui a frappé le Nord des Philippines dans la nuit du 14 au 15 septembre, a tué plus de 81 personnes (bilan provisoire) et affecté près d’un million d’autres . Plus de 50 personnes sont toujours portées disparues. HI, présente aux Philippines depuis 1985, a envoyé des experts urgentistes dans la Cordillère, dans le Nord du pays, afin d’évaluer les besoins des victimes du typhon.

50% des récoltes perdues !

«  Aujourd’hui, nous nous sommes rendus dans la municipalité de Liwan Ouest et de Pinukpuk : il y a de nombreux arbres déracinés et des maisons endommagées. Mais les dégâts les plus importants concernent l’agriculture : de nombreuses cultures de riz et de maïs sont endommagées, un mois avant la récolte. Pour les populations rurales, qui vivent principalement de ces ressources, c’est dramatique », a expliqué Pierre-Louis Bercion, coordinateur des besoins de base pour HI aux Philippines.

Florabel, 37 ans, mère de deux enfants, vit à Liwan. Elle témoigne : « Nous vivons en grande partie de l’agriculture. Suite au passage du typhon Mangkhut, près de 50 % de nos récoltes ont été endommagées. Nous sommes très inquiets pour le futur ».
[Découvrez son témoignage complet]

La mission se poursuit

HI poursuit sa mission d’évaluation afin de rencontrer d’autres familles touchées par le typhon et de préparer une éventuelle intervention d’urgence, en coordination avec ses partenaires locaux.

HI, présente aux Philippines depuis plus de trente ans, intervient régulièrement auprès des victimes de catastrophes naturelles, notamment en préparant les communautés à être plus résilientes face aux désastres. HI avait notamment mené une intervention majeure suite au passage du typhon Haiyan en novembre 2013, qui a affecté plus de 14 millions de personnes et fait perdre la vie à plus de 6 000 personnes.

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».