Accès direct au contenu

Pluies torrentielles au Bangladesh : les réfugiés Rohingyas touchés

Urgence
Bangladesh
Les pluies torrentielles de la mousson au Bangladesh causent des inondations et des glissements de terrain depuis le mois de juin. Les réfugiés Rohingya sont particulièrement affectés.
Une route près du camp de Kutupalong inondée. Des personnes ont de l'eau jusqu'aux cuisses

En 2017, des centaines de milliers de Rohingyas avaient fui le Myanmar pour se réfugier au Bangladesh. Ces populations, vivant dans des conditions précaires, doivent maintenant faire face aux pluies torrentielles de la mousson. Des inondations et des glissements de terrain compliquent l’accès des équipes de Handicap International (HI) auprès des plus vulnérables et l’acheminement du matériel humanitaire.

9000 réfugiés relocalisés

« 9 000 réfugiés sont touchés par les inondations et ont été relocalisés en urgence dans d’autres zones du camp. Cette situation fragilise de nombreuses personnes vulnérables qui vivent dans des conditions très précaires, et sont particulièrement exposés aux risques de catastrophes naturelles (cyclones). De plus, des épidémies de choléra sont à craindre. Les personnes affectées ont urgemment besoin d’un abri résistant, d’un accès à l’eau, à la nourriture et aux soins de santé », explique Jean-Loup Gouot, directeur de HI au Bangladesh.

HI poursuit son intervention d’urgence : « Nous menons des soins de réadaptation, apportons un soutien psychologique aux plus fragiles et favorisons l’acheminement de l’aide humanitaire auprès des réfugiés. Actuellement, suite aux intempéries, nous n’avons accès qu’à 70% de nos zones d’intervention. Nous évaluons des solutions alternatives afin d’avoir accès aux personnes les plus vulnérables et leur donner le soutien dont ils ont besoin», ajoute Jean-Loup Gouot.

Pour accéder aux réfugiés les plus vulnérables, nos équipes cherchent donc des voies d'accès alternatives si une route principale est bloquée à cause des intempéries.

Nos projets pour les réfugiés rohingyas

HI mène une intervention d’urgence depuis août 2017 et est venue en aide à plus de 24 000 réfugiés rohingyas dans les camps de Kutupalong, Balukhali, Unchipranget et Nayapara.

  • HI mobilise 10 équipes mobiles  qui se déplacent dans les camps, identifient les plus vulnérables et leur proposent des soins de réadaptation, un soutien psychologique et des activités ludiques
    • HI a proposé des séances de réadaptation à domicile ou à l’hôpital de Cox’s Bazar à plus de 8 000 personnes, et a fourni plus de 1 000 aides à la mobilité (béquilles, chaises roulantes, déambulateurs, etc.) aux personnes qui en ont besoin
    • Plus de 8 500 personnes ont bénéficié d’un soutien psychologique individuel ou collectif.
  • HI a mis en place deux espaces de stockage (Unchiprang et Dhumdumia) destinés à conserver le matériel des organisations humanitaires, mis en place une flotte de 346 camions acheminant plus de 6 300 mètres cubes de matériel humanitaire (kits hygiène, aides à la mobilité, etc.).
  • Plus 4 000 personnes ont reçu des kits d’hygiène, plus de 24 000 personnes ont reçu 5 000 rations alimentaires et plus de 900 kits logement ont été distribués.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.