Accès direct au contenu

Covid-19 : une situation alarmante en Asie du Sud

Prévention Santé Urgence
Bangladesh Inde Pakistan

Handicap International intervient au Bangladesh, en Inde et au Pakistan, où l'évolution de l'épidémie de coronavirus est particulièrement inquiétante.

session de soutien psychologique menée par HI au Bangladesh durant l'épidémie de Covid-19

session de réadaptation menée par HI au Bangladesh durant l'épidémie de Covid-19 | © HI

Alors que l’épidémie de la covid-19 s’est affaiblie en Europe, l’Asie du Sud voit une augmentation très inquiétante du nombre de cas, et notamment en Inde, au Pakistan et au Bangladesh. Pour les personnes les plus vulnérables, cette situation est particulièrement inquiétante, car la crise sanitaire fragilise leur accès aux soins et à l’aide humanitaire.

Inde : 3e pays le plus touché au monde

Comme alerte l’OMS, la Covid-19 est en train de se propager de manière alarmante en Inde, au Pakistan et au Bangladesh. Ces trois pays comptent déjà 1.179.000 cas de personnes contaminées, dont plus de 767 000 personnes en Inde, troisième pays le plus touché au monde (au 09/07/2020).

Violent typhon Amphan et Nisarga

De plus, l’Inde et le Bangladesh ont été touchés, en mai dernier, par le typhon Amphan, qui a affecté 71 millions de personnes, en particulier dans le Bengale occidental et l’Odisha (en Inde). L’Inde a également été frappée par le typhon Nisarga le 3 juin. L’évacuation des populations face à l’arrivée de ces deux typhons a été rendue plus difficile dans le contexte de la Covid-19 (respect des distanciations sociales, manque de place dans les centres d’évacuation, etc.). Les populations sont particulièrement fragilisées par ces catastrophes naturelles combinées à l’épidémie.

En Inde : prévenir au sujet des risques

En Inde, la situation est particulièrement inquiétante. L’épidémie a déjà touché plus de 767 000 personnes et le pays enrigistre plus de 20 000 nouveaux cas par jour . Plus de 70% des personnes handicapées sont confrontées à des difficultés liées au confinement et à la limitation des déplacements (difficultés financières, manque d’accès aux services, à la nourriture, etc.). De plus, selon l’OIT (organisation internationale du travail), près de 400 millions de travailleurs de l’économie informelle risquent de sombrer plus profondément dans la pauvreté suite à cette épidémie. Parmi eux, l’Inde compte notamment plus de 100 millions de travailleurs immigrés ayant perdu leur travail suite au confinement, désormais contraints de retourner dans leur pays d’origine, privant leurs familles de ressources financières parfois vitales. Cette situation risque donc de renforcer encore davantage les inégalités dans un pays qui comprend 1.3 milliard d’habitants et plus de 190 millions de personnes sous-alimentées.
Actuellement, HI identifie dans le pays les besoins des personnes handicapées et, en partenariat avec SPHERE INDIA, forme les organisations locales afin qu’elles tiennent compte de ces personnes handicapées dans les projets qu’elles mettent en place. HI a aussi traduit des messages de prévention liés à l’épidémie Covid-19 en langue des signes.

Au Bangladesh : réadaptation et soutien psychologique

Au Bangladesh, plus de 172.000 cas de personnes contaminées ont été identifiées, mais les chiffres réels sont sans doute plus importants, étant donné les capacités de test limitées dans le pays.
Selon le Programme Alimentaire Mondial, environ un quart de la population (plus de 160 millions de personnes) sont touchées par l’insécurité alimentaire, et un enfant sur trois à un retard de croissance lié à une malnutrition aigüe.
L’impact du confinement risque d’être catastrophique au niveau socio-économique.
Au Bangladesh, et notamment dans les camps de réfugiés rohingyas, HI poursuit des séances de réadaptation et de soutien psychologique, fournit des médicaments de base en urgence, et apporte un soutien socio-économique (bétail, transfert monétaire..) à plus de 300 familles. HI accompagne aussi à distance près de 1400 personnes handicapées en les conseillant au sujet des questions de vie sexuelle et reproductive. L’association forme aussi les organisations partenaires afin qu’elles tiennent compte des personnes handicapées dans leurs projets.
Dans les camps de réfugiés rohingyas, l’association informe les populations locales au sujet des risques de contamination et les moyens de s’en protéger, afin de lutter contre les rumeurs qui circulent à ce sujet. Enfin, l’association facilite l’acheminement de matériel dans des zones reculées. HI a mis à disposition des organisations humanitaires 169 camions et a ainsi assuré le transport de 653 tonnes de matériel humanitaire dans les camps de réfugiés et les centres de stockage.

Pakistan : distribution de nourriture et sensibilisation

Au Pakistan, la situation est très inquiétante. On observe une augmentation importante de personnes contaminées (plus de
240 000 personnes) et de personnes décédées depuis quelques semaines, et aucune mesure de confinement n’est mise en place.
HI poursuit ses activités dans le pays. L’association a adapté un projet de soutien au système de santé dans les camps de réfugiés afghans dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, notamment en sensibilisant le personnel des unités de santé dans les camps de réfugiés et les communautés locales aux risques de contamination du covid-19.
HI a aussi distribué de la nourriture aux personnes les plus fragiles, et notamment aux enfants et aux jeunes femmes handicapées.

Published on: 9 juillet 2020

Pour aller plus loin

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.