Go to main content

Plus d'enfants handicapés dans les classes en Afrique de l'Ouest

Insertion
Benin Burkina Faso Guinée-Bissau Libéria Mali Niger Sénégal Sierra Leone Togo
Handicap International aide 170.000 enfants en situation de handicap dans neuf pays d'Afrique de l'Ouest afin qu'ils puissent aller à l'école. " nous estimons qu’un enfant handicapé sur quatre ne va pas à l’école. Il est donc important de poursuivre les efforts pour que tous les enfants jouissent de leur droit à une éducation inclusive et de qualité" explique Sandra Boisseau, responsable du projet pour une éducation inclusive.
Deux petites fillesafricaines  en uniforme beige montrent des écritures au tableau. Leur institutrice est à côté et les regarde.

Handicap International aide 170.000 enfants en situation de handicap dans neuf pays d'Afrique de l'Ouest afin qu'ils puissent aller à l'école. " nous estimons qu’un enfant handicapé sur quatre ne va pas à l’école. Il est donc important de poursuivre les efforts pour que tous les enfants jouissent de leur droit à une éducation inclusive et de qualité" explique Sandra Boisseau, responsable du projet pour une éducation inclusive.

Depuis 2012, Handicap International mène le projet APPEHL (Agir pour la pleine participation des enfants handicapés par l’éducation) dans neuf pays d’Afrique de l’Ouest, au Bénin, Burkina Faso, en Guinée-Bissau, au Libéria, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Sandra Boisseau, qui coordonne le projet pour l’association depuis Dakar (Sénégal), revient sur les actions menées afin de lever les barrières à l’éducation pour ces enfants.

Quelle est la situation de la scolarisation des enfants handicapés en Afrique de l’Ouest ?

SB: Si depuis 2000, la tendance générale a été à la baisse du nombre d’enfants hors des écoles, ce chiffre ne diminue plus depuis 2008. Selon un rapport de l’UNICEF, plus de la moitié des 58 millions d’enfants en dehors du système scolaire vivent en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale. La déscolarisation a plusieurs causes majeures telles que l’éloignement de l’école, la pauvreté des familles, les problèmes de santé de l’enfant, les conflits, le genre, la violence, la stigmatisation sociale… mais le handicap est un facteur aggravant de vulnérabilité des enfants dans leur accès et leur maintien à l’école.

Certaines familles négligent leurs enfants handicapés ou les surprotègent au point de ne pas vouloir les inscrire à l’école. Certains enfants handicapés abandonnent de manière précoce faute d’une prise en charge éducative adéquate.

Dans l’ensemble des régions où Handicap International intervient, nous estimons qu’un enfant handicapé sur quatre ne va pas à l’école.

Que fait l’association pour remédier à cette situation ?

Nous ciblons une amélioration des conditions de scolarisation de 170 000 enfants handicapés. Cela passe par des actions diverses. Nous avons lancé des activités centrées sur l’enfant (comme  l’identification des enfants handicapés hors école et à l’école, leur prise en charge sociale, médicale, éducative et  leur suivi scolaire et à domicile). Nous avons aussi procédé à des formations destinées aux acteurs de l’éducation pour les sensibiliser et les former à la prise en charge du handicap et à l’éducation inclusive et à la collecte de données. 

Parmi les initiatives que nous avons mises en place, nous avons également organisé des visites médicales dans des écoles de Dakar pour déceler des handicaps ou des pathologies qui pouvaient entraîner un retard ou un abandon scolaire chez certains élèves.

Plus important : nous souhaitons changer durablement la culture de l’enseignement des personnes handicapés dans les pays visés. Nous menons ainsi énormément d’actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des autorités de l’éducation de chaque pays, en lien avec les fédérations d’associations de personnes handicapées. Nous les accompagnons dans le développement de politiques éducatives plus inclusives. Idéalement, nous souhaitons que les enfants handicapés ne soient plus placés dans des établissements spécialisés, mais qu’ils soient intégrés aux cursus général dans chaque pays.

Quels ont été les effets concrets de l’action de Handicap International ?

En 2015, dans le domaine pédagogique nous avons sensibilisé et formé près de 2200 acteurs éducatifs - directeurs d’école, enseignants, éducateurs - aux concepts du handicap et de l’éducation inclusive dans plus de 500 écoles.

Nous avons directement amélioré les conditions scolaires (accès, soutien, participation et suivi scolaire) de plus de 10 000 enfants handicapés… dont un quart ne fréquentait pas l’école.

Entre autres actions, Handicap International a développé des actions innovantes favorisant l’inclusion en milieu ordinaire d’enfants avec une déficience sévère (intellectuelle, sensorielle).

Au Togo, nous avons initié un réseau d’enseignants itinérants qui a permis d’assurer l’accompagnement en milieu scolaire ordinaire d’élèves avec un handicap. Près de cinquante écoles du Libéria, du Mali et du Togo ont été dotées en matériel pédagogique adapté (malles pédagogiques contenant abaques, symboles de comparaison,  imagiers, grandes ardoises, etc.).

Pour aller plus loin

Ramesh : un courage immense ! Insertion Réadaptation

Ramesh : un courage immense !

25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve prisonnier des décombres. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Un parcours exemplaire, mais pas sans difficultés.
«A ce poste, je ne subis pas du tout mon handicap» Insertion

«A ce poste, je ne subis pas du tout mon handicap»

A 33 ans, Boubacar est juriste dans un ministère. Il se déplace avec des béquilles à cause de séquelles de poliomyélite. Un handicap moteur qui lui a fermé bien des portes ! Jusqu'à ce qu'il rencontre l'équipe du projet d'insertion professionnelle de Handicap International à Dakar, qui l'a accompagné dans son projet professionnel.
«Je suis super impatiente de retourner en classe» Insertion Réadaptation

«Je suis super impatiente de retourner en classe»

Un peu partout dans le monde, les enfants retrouvent le chemin de l'école. Christella vit à Port-au-Prince, en Haïti. Amputée de la jambe gauche suite au séisme qui a frappé le pays en 2010, la jeune fille a reçu une prothèse et est toujours suivie par les équipes de Handicap International. Après un bel été, elle se réjouit, elle aussi, de retourner en classe.