Accès direct au contenu

Plus de 8000 réfugiés congolais au Burundi

Urgence
Burundi République démocratique du Congo
Suite à des affrontements qui ont lieu actuellement à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 8000 personnes ont franchi la frontière depuis le 24 janvier pour se réfugier au Burundi.
Un groupe de réfugiés congolais assis à l'ombre d'un grand arbre, avec des sacs et des paquets qu'ils ont pu emporter déposés près d'eux.

Suite à des affrontements qui ont lieu actuellement à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 8000 personnes ont franchi la frontière depuis le 24 janvier pour se réfugier au Burundi.

Plus de 8 000 personnes ont quitté le Sud-Kivu (territoire du Fizi), en République démocratique du Congo, et sont actuellement réfugiées à Rumonge sur la côte ouest du lac Tanganyika au Burundi. Certaines d’entre elles ont été  transférées dans les camps de Cankuzo, Songore et Nyabitare[1]. HI, qui intervient au Burundi depuis 25 ans, s’est rendue dans la province de Rumonge, avec l’ONG Terre des Hommes, afin d’évaluer les besoins des populations affectées, ainsi que la présence de réfugiés dans la province de Makamba.

Il manque l'essentiel

Les équipes ont constaté un manque crucial d’accès aux services de base : manque de logement, de nourriture et d’accès à l’eau. De plus, les populations réfugiées ont besoin de biens non-alimentaires tels que des couvertures, des moustiquaires, un matelas et du matériel pour cuisiner. Le manque d’accès aux infrastructures sanitaires (latrines, etc.) renforce le risque d’épidémies de choléra.

65 % d'enfants non accompagnés

Enfin, de nombreux enfants, 65% de cette population réfugiée, ne sont pas accompagnés de leur famille. Ils sont donc particulièrement exposés aux risques de violence ou à l’abandon.  Renforcer leur protection est essentiel.

« Les besoins des populations réfugiées, dont le nombre ne fait qu’augmenter, sont considérables. Nous avons besoin de fonds de toute urgence, afin de pouvoir venir en aide aux personnes les plus fragiles », a expliqué Patrick Kelders, responsable des projets menés en Afrique des Grands Lacs avec HI.

[1] par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

 

Pour aller plus loin

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19
© Handicap International
Urgence

B-SAFE, une réponse globale à la crise du COVID-19

Là-bas comme ici, la crise COVID-19 touche les plus vulnérables et aggrave les situations déjà problématiques. Pour répondre à cette crise et aux besoins des plus vulnérables Handicap International a mis en place une réponse globale, B-SAFE.

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo
© Lukasz Kobus
Santé Urgence

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo

Trois vols humanitaires sont partis le week-end dernier de Belgique et de France à destination de la République démocratique du Congo avec à bord plus de 40 tonnes de matériel et 172 agents humanitaires prêts à s'angager dans la lutte contre le COVID-19. Ce pont aérien humanitaire est un bel exemple de coopération entre plusieurs organisations humanitaires - dont Handicap International - et l'Union Européenne.