Go to main content

Première sortie pour Esmeralda

Réadaptation
Haïti
La famille Charles vit encore dans une tente dans un petit camp qui s’est créé suite au séisme de janvier 2010. Cette tente est désormais la seule maison de cette famille qui n’a pas les moyens de louer un logement décent. La vie s’organise donc dans ce camp, avec une vingtaine d’autres familles.
Esmeralda dans sa chaise roulante

La famille Charles vit encore dans une tente dans un petit camp qui s’est créé suite au séisme de janvier 2010. Cette tente est désormais la seule maison de cette famille qui n’a pas les moyens de louer un logement décent. La vie s’organise donc dans ce camp, avec une vingtaine d’autres familles.

La famille Charles comprend des grands-parents, une maman et ses quatre enfants. L’ainée de la famille est Esmeralda, elle a onze ans et est lourdement handicapée. Elle est atteinte d’une maladie génétique, la drépanocytose. Sa situation s’est dégradée progressivement. A l’âge de 7 ans, elle ne pouvait plus marcher. Désormais, elle ne peut plus rien faire, ni rester assise, ni utiliser ses mains. Ses pieds sont complètement déformés.

Avant la rencontre avec Handicap International, en octobre 2013, elle était toujours au lit, à l’intérieur de la tente. Grâce au fauteuil roulant adapté qu’elle a reçu, elle peut se tenir assise. Elle n’est donc plus obligée de rester à l’intérieur de la tente. Le fauteuil soutient son corps, ses jambes, ses bras et sa tête. Pour la famille comme pour la petite fille, c’est un soulagement puisqu’elle est désormais plus présente. Sa condition générale s’est améliorée. « Elle mange beaucoup mieux  depuis qu’elle peut rester assise», dit Bonnet, le grand-père qui s’occupe de la petite fille.

Marie, kinésithérapeute de Handicap International, Frantz le technicien et Rose-Mika se rendent sur place pour une visite de contrôle. Marie donne des instructions sur la nourriture, sur les soins de peau et montre à la maman et au grand-père comment ils peuvent stimuler les muscles d’Esméralda. Frantz prend des notes. « Je vais construire un truc en éponge pour qu’elle puisse plus facilement se tenir la tête. » La visite n’a duré que 15 minutes. Mais pour la famille, son impact est énorme.

 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.