Accès direct au contenu

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

Insertion Prévention Réadaptation Santé
République démocratique du Congo

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.

Une chambre de l'hôpital de Bumbu, où Handicap International mène des actions pour améliorer la santé des mamans et des enfants.

Une chambre de l'hôpital de Bumbu, où Handicap International mène des actions pour améliorer la santé des mamans et des enfants. | © Thomas Freteur/HI

Présente à Kinshasa depuis 1994, Handicap International concentre aujourd’hui ses activités autour d’une série de projets clés, axés sur la réadaptation, la santé maternelle et infantile, l’éducation inclusive, l’appui aux organisations de personnes handicapées, et la sécurité routière. L’association travaille avec des partenaires locaux afin d’assurer des résultats et un changement social à long terme. Les activités mises en place se concentrent sur plusieurs communes très fragilisées de la ville (Ndjili, Nselé, Bumbu et Selembao/Makala 

Aujourd’hui, la population à Kinshasa est bien connectée avec le reste du monde et craint une augmentation de la mortalité lié au COVID-19, en plus des nombreuses autres maladies chroniques et autres épidémies déjà existantes. « Aujourd’hui à Kinshasa, on a un système de santé qui est incapable de prendre en charge les cas les plus graves, alors que nous avons une densité de population extrêmement forte… »  explique François Madieye-Yaba Fall, directeur de Handicap International en R.D. Congo. L’association a immédiatement mis en place une série de mesures afin de limiter la propagation de l’épidémie et sensibiliser les populations vulnérables.

Handicap International à Kinshasa

1. Kinésithérapie et réadaptation fonctionnelle

Avec le soutien de Handicap International, l’hôpital General de Référence de Makala a pu entièrement rénover son service de kinésithérapie en 2019. Celui-ci accueille aujourd’hui plusieurs dizaines de patients chaque jour dans un espace coloré qui plaît énormément aux enfants.

2. Santé maternelle et infantile

A l’hôpital Bemba, Handicap International s’occupe des formations pour la prévention et la détection de handicap à la naissance. Ces activités ont permis de passer de 5 décès maternels/mois à 1 décès maternel/mois en moyenne. Au total, le nombre d’accouchements se situe entre 100 et 150/mois.

3. Education inclusive

Plusieurs écoles de Kinshasa ont choisi d’être inclusives et de s'ouvrir aux enfants porteurs de handicap. Ces écoles ont été adaptées afin de rendre possible l’accueil d’enfants handicapés : accessibilité des locaux, matériel pédagogique adapté, formation des enseignants. Les premiers retours sont très encourageants, tant aux niveaux des professeurs que celui des élèves.

4. Sécurité routière

Les accidents graves de circulation routière sont nombreux à Kinshasa et entrainent un grand nombre de décès, mais également de handicap. L’association organise de nombreuses activités de prévention auprès des usagers vulnérables et notamment des écoliers.

En chiffres

  •  4 200 personnes ont bénéficié de soins de réadaptation fonctionnelle
  •  24 000 femmes ont assisté à une prestation en soin maternel et infantile (prévention et détection)
  • 14 600 personnes usagers vulnérables (notamment écoliers) ont suivi des actions de sensibilisation aux accidents de la route
Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"
© HI
Santé Urgence

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. L'épidémie de COVID-19 a rendu plus problématiques encore les conditions de vie des réfugiés. Comment faire pour s'en sortir ?