Accès direct au contenu

Réadaptation à base communautaire

Réadaptation
Le Rapport mondial sur le handicap insiste sur l’importance de la réadaptation à base communautaire. L’efficacité de la réadaptation physique suivie en milieu hospitalier est bien plus grande lorsque les patients continuent à être suivis après leur sortie de l’hôpital.
Un jeune adulte handicapé et sa maman, suivi à domicile

Le Rapport mondial sur le handicap insiste sur l’importance de la réadaptation à base communautaire. L’efficacité de la réadaptation physique suivie en milieu hospitalier est bien plus grande lorsque les patients continuent à être suivis après leur sortie de l’hôpital.

Handicap International s’est initialement consacré surtout à la réadaptation physique. Depuis lors, une grande partie de nos actions est aussi axée vers la réadaptation à base communautaire. Il s’agit d’une stratégie qui tend à améliorer les conditions de vie des personnes handicapées dans le milieu où elles vivent, tout en prenant en compte leur contexte social et culturel. Dans nos projets de réadaptation à base communautaire, nous comptons sur la solidarité des proches des personnes handicapées. Ils peuvent en effet assurer 80% des soins nécessaires.

Nos projets de réadaptation à base communautaire englobent plusieurs aspects. Nous veillons entre autres à ce que les habitations des personnes handicapées leur soient accessibles. Nous leur apprenons aussi comment faire elles-mêmes certains exercices. Ou encore nous apprenons aux membres de la famille des personnes handicapées la façon d’appliquer certaines techniques de réadaptation. Nous montrons la façon d’exécuter plus facilement les activités quotidiennes. En outre, nous informons les personnes en situation de handicap sur les services auxquels elles peuvent faire appel.

L’enseignement et le travail sont, eux aussi, importants pour l’intégration complète des personnes handicapées dans leur communauté. Nous aidons donc souvent ces personnes afin qu’elles aient accès à une formation, ou nous les incitons à trouver du travail ou encore à se lancer dans un petit commerce. Cela signifie que nous encourageons les établissements d’enseignement ou les employeurs à accorder leur chance aux personnes handicapées. Enfin, la constitution de groupes de soutien fait également partie de nos activités de réadaptation à base communautaire.
 

Pour plus d'information:

Vidéo montrant un aspect de la réadaptation à base communautaire en Haïti
screen voor video met Josue in rolstoel
 

Josué

Témoignage

Réadaptation à base communautaire en RD Congo

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».