Accès direct au contenu

Séisme au Népal

Urgence
Népal
L'arrivée d'une première équipe d'urgence au Népal ce lundi permettra de renforcer la cinquantaine de membres de l’ONG qui a lancé les premières opérations d’aide aux blessés dès samedi, jour de la catastrophe. Une kinésithérapeute belge, Bérangère Gohy, fait partie de cette équipe.
Une expatriée de Handicap International au téléphone sur son téléphone portable

Cliquez ici pour faire un don.

L'arrivée d'une première équipe d'urgence au Népal ce lundi permettra de renforcer la cinquantaine de membres de l’ONG qui a lancé les premières opérations d’aide aux blessés dès samedi, jour de la catastrophe. Une kinésithérapeute belge, Bérangère Gohy, fait partie de cette équipe.

Avant le séisme, Handicap International menait notamment des projets de réadaptation physique et de prévention des risques de catastrophes naturelles. Le personnel en place avait donc toutes les compétences pour soutenir immédiatement les victimes. Dans les heures qui ont suivi le séisme, notre équipe a ainsi pu participer à l’accueil des blessés et distribuer des chaises roulantes dans les deux principaux hôpitaux de la capitale.

Des soins aux blessés

C’est dans ces deux hôpitaux que va se concentrer un premier volet d’actions de l’ONG consacré au soin des blessés (traumatismes crâniens, fractures complexes…) et la fourniture de matériel médical (chaises roulantes, béquilles, déambulateurs, attelles…). La première priorité d’action de Handicap International est la prise en charge des blessés pour éviter la survenue de handicaps permanents. Dans le cas d’un séisme, on observe en effet de nombreuses fractures et des lésions de la colonne vertébrale liées à des phénomènes d’écrasement. Il est donc nécessaire de proposer des soins rapidement pour limiter les conséquences à long terme. 

Outre la cinquantaine de personnes déjà présentes au Népal, l’envoi de plusieurs expatriés est déjà programmé. Les trois premiers spécialistes de l’urgence – dont la Belge Bérangère Gohy – ont volé toute la nuit pour arriver ce matin à Katmandou. Les prochains départs d’autres équipes sont prévus dès aujourd’hui - lundi - puis mercredi.

Une aide médicale et psychologique aux plus vulnérables

Le deuxième volet d’action de Handicap International consiste en l’ouverture de points « DVFP » (Disability and Vulnerability Focal Point) fixes dans les hôpitaux et mobiles - dans les lieux de regroupement des victimes et dans les zones reculées fort affectées par le séisme. Ces points sont destinés à l’accueil, l’aide médicale, au soutien et à l’orientation des personnes les plus vulnérables : personnes handicapées, âgées, femmes enceintes… Ils offriront également un soutien psychologique aux patients.

Un spécialiste de la réadaptation est parti à Gorkha, le district le plus affecté, à l’épicentre du séisme du 25 avril, avec International Medical Corps. Ils vont évaluer ensemble les besoins afin d'envisager une potentielle intervention. Une autre expatriée se rend à Pokhara, à l’ouest de Katmandou, afin de mesurer l’étendue des besoins sur place.

L’ONG achemine aussi du matériel destiné à soutenir les personnes qui n’ont plus de toit (couvertures, tentes, matériel de cuisine…).

Ces actions se préparent en collaboration avec le gouvernement qui est favorable à l'aide internationale. Notre présence sur place depuis des années a également permis de tisser un réseau de partenaires locaux, ce qui renforce l’efficacité de notre action.

Les évaluations en cours permettront rapidement de préciser les besoins afin de mettre en place les projets indispensables pour aider au mieux le Népal face à cette crise majeure.

L’aide de tous est la bienvenue pour soutenir les victimes.
 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».