Go to main content

Séisme au Népal, deux ans après

Droits Insertion Réadaptation Santé Urgence
Népal
25 avril 2015. La terre tremble au Népal. Tout le monde se mobilise. Handicap International vient en aide aux victimes aussi vite que possible pour sauver leur vie et éviter des handicaps permanents. Deux ans plus tard, notre association est toujours aux côtés des survivants.
Nirmala, une petite fille de 9 ans, amputée de la jambe droite, allongée sur un lit. Elle fait un exercice sans sa prothèse avec une kiné de Handicap International

25 avril 2015. La terre tremble au Népal. Tout le monde se mobilise. Handicap International vient en aide aux victimes aussi vite que possible pour sauver leur vie et éviter des handicaps permanents. Deux ans plus tard, notre association est toujours aux côtés des survivants.

Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées suite au tremblement de terre.

Uma, jeune fille de 19 ans, victime du séisme, se rappelle : « Nous avons senti le sol trembler. Mon frère, Umesh, était devant moi. Le mur de l’étable s’est effondré, je me suis retrouvée coincée en dessous. Je me suis réveillée à l’hôpital, avec une étrange sensation de perte et une forte douleur. Il me manquait une jambe. Par la suite, je suis restée longtemps chez moi, dans ma chambre, jusqu’où jour où Jay, un kinésithérapeute de Handicap International, m’a rendu visite. J’ai reçu une prothèse, j’ai appris à remarcher et j’ai suivi des exercices de réadaptation. Cela a changé ma vie ».

L'aide de Handicap International après la catastrophe

Handicap International est venue en aide à de nombreuses personnes qui, comme Uma, ont été victimes de la catastrophe :

  • L’association a mené plus de 16 000 séances de réadaptation et de soutien psychosocial auprès de plus de 6 000 personnes et a distribué plus de 4 700 déambulateurs, chaises roulantes et béquilles aux personnes affectées par la catastrophe.
  • L’association a également distribué plus de 4 300 kits de première nécessité : tentes, kits de cuisine, kits d’hygiène, couvertures, et du matériel permettant de concevoir des toits de tôle auprès de plus de 2 200 familles[1].
  • L’association a distribué des vêtements chauds, des couvertures, des bâches, cordes et matelas à plus de 9 000 personnes, fragilisées suite au séisme, durant l’hiver 2015.
  • Handicap International a géré le stockage de plus de 5 400 tonnes de matériel humanitaire (à Katmandou, Dhading, Bidur) et assuré le transport de ce matériel humanitaire auprès des communautés reculées (plus de 350 trajets de camions pour 37 organisations).
  • Handicap International a permis aux personnes les plus fragiles d’avoir accès aux services humanitaires (éducation, soins de santé, etc.) des autres organisations, notamment en sensibilisant les collaborateurs humanitaires au sujet de l’importance de tenir compte des plus vulnérables.
  • Enfin, plus de 160 ménages affectés par le séisme ont reçu des chèvres, leur permettant de retrouver une nouvelle source de revenus. Et 294 ménages ont reçu un soutien financier afin de relancer une activité professionnelle (petit magasin, cantine, etc.).

Notre présence au Népal aujourd’hui

Handicap International intervient toujours au Népal :

  • L’association soutient cinq centres de réadaptation permettant à des milliers de Népalais de bénéficier de soins de kinésithérapie et d’être appareillés. L’association améliore aussi les services de réadaptation d’hôpitaux situés dans les districts touchés par le tremblement de terre.
  • L’association permet aux victimes du séisme de retrouver de nouveaux moyens de subsistance (élevage de chèvres, petits magasins, etc.), en leur apportant notamment un soutien financier. Elle aide également les personnes handicapées à retrouver un emploi, notamment en les conseillant.
  • De plus, Handicap International travaille avec les communautés et avec les autorités locales afin de créer des plans de secours qui améliorent les systèmes d’alerte et d’évacuation en cas d’urgence. Ces plans de secours tiennent compte des personnes handicapées. L’association met aussi en place un dispositif capable de déployer immédiatement des professionnels de santé (médecins, infirmiers, etc.) qui assurent une prise en charge rapide des victimes suite à un séisme. 
  • Handicap International renforce l’accès à l’école pour les enfants handicapés. L’association développe notamment des outils et du matériel pédagogique adaptés aux enfants handicapés, en collaboration avec le ministère de l’Education.
  • Enfin, l’association améliore la protection, les droits des prisonniers et leurs conditions de vie (accès à l’eau, à l’alimentation, etc.) et empêche les mauvais traitements (notamment la torture) ainsi que les séquelles à long terme dues à l’emprisonnement.

Découvrez le témoignage de Nirmala et Kendho

Hier et aujourd'hui, notre album photos de survivants du séisme

[1] Plus de 11 000 personnes.

Pour aller plus loin

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.