Accès direct au contenu

Sommet sur les mines : besoin de plus de moyens pour les survivants

Mines et autres armes
Colombie
Le Sommet de Carthagène pour un monde sans mines a débuté hier en Colombie. Des centaines de représentants d'États et de la société civile y participent. Ensemble, ils font le point sur la mise en œuvre du Traité d’interdiction des mines et dressent un plan d'action mondial en matière de déminage et d'assistance aux survivants pour les cinq prochaines années. Des études au niveau mondial montrent que moins d'un survivant sur trois estime bénéficier d’une aide adéquate.
victime de mine en Colombie

Moins d’un survivant sur trois est satisfait de l'assistance offerte aux victimes de mines

Le Sommet de Carthagène pour un monde sans mines a débuté hier en Colombie. Des centaines de représentants d'États et de la société civile y participent. Ensemble, ils font le point sur la mise en œuvre du Traité d’interdiction des mines et dressent un plan d'action mondial en matière de déminage et d'assistance aux survivants pour les cinq prochaines années. Des études au niveau mondial montrent que moins d'un survivant sur trois estime bénéficier d’une aide adéquate.La princesse Astrid de Belgique, des chefs d'État et des ministres participeront à ce sommet les 3 et 4 décembre. Le 4 décembre, la Princesse visitera également les projets d’assistance aux victimes menés par Handicap International. L’association travaille en Colombie depuis 1997 pour offrir assistance et soutien aux personnes en situation de handicap, notamment les survivants d'explosions de mines antipersonnel.

Selon Vincent Slypen, directeur des opérations de Handicap International en Belgique, « cette réunion cruciale pourrait avoir des effets sur la vie de centaines de milliers de survivants d'explosions de mines et sur celle de leur famille, cela dans le monde entier. »

Cette réunion d'États à Carthagène fera le point sur les progrès de la mise en œuvre du Traité d'interdiction des mines et sur les difficultés qui subsistent en la matière. De plus, les États conviendront d'un plan d'action pour les cinq prochaines années. D'après le rapport Voices from the Ground publié par Handicap International en septembre 2009, des gouvernements du monde entier ne tiennent pas leur promesse d'assurer la réadaptation et la réinsertion des survivants d’explosion de mines dans la société. Dix ans après l'entrée en vigueur du Traité d'interdiction des mines, 67 % des survivants estiment que leurs besoins ne sont pas pris en compte par les plans nationaux d'assistance aux victimes. Trop souvent, les survivants n'ont toujours pas accès à des services adaptés quand et où ils en ont besoin. « C'est pourquoi nous appelons tous les États à répondre d’urgence aux difficultés rencontrées par les survivants d'explosions de mines et les communautés affectées par ce problème, a déclaré Vincent Slypen. Les États doivent convenir d'un plan d'action très fort, concret et mesurable, et y affecter les ressources nécessaires. »Handicap International offre une assistance aux survivants d’explosions de mines en Colombie depuis 1997. L'aide fournie dans ce cadre va de la réadaptation physique au soutien psychologique en passant par l'appui à la réinsertion sociale et économique. L'organisation travaille dans cinq départements colombiens : Antioquia, Bolívar, Sucre, Santander et Nord-Santander.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.