Goto main content

Ukraine 12-12 : Handicap International prépare une intervention d'urgence

Urgence
Ukraine

Handicap International poursuit son évaluation des besoins humanitaires en Ukraine. Les réfugiés vivent dans des conditions difficiles et les populations vulnérables manquent d’informations accessibles.

Des réfugiés fuyant le conflit armé en Ukraine arrivent à la frontière polonaise.

Des réfugiés fuyant le conflit armé en Ukraine arrivent à la frontière polonaise. | © Tom Nicholson / HI

Handicap International prépare son intervention d’urgence

Dans le contexte de la guerre en cours en Ukraine, HI poursuit son évaluation des besoins en Ukraine, en Roumanie et en Moldavie. L’organisation recueille des informations et débutera dès que possible son intervention d’urgence. Les équipes sont composées d’experts techniques en réadaptation, en santé mentale et en soutien psychosocial, en logistique, en sécurité, en besoins de base et en gestion des situations d’urgence.

A ce jour, 13 personnes sont déployées sur le terrain pour finaliser les besoins et lancer les activités. Une première équipe travaille depuis Bucarest (Roumanie) pour mettre en place l’approvisionnement en aides à la mobilité, en matériel de réadaptation et autres kits d’urgence.  H.I. a aussi déployé une équipe de 4 spécialistes en Moldavie, dans le Sud du pays, aux principaux points d’entrée des réfugiés, et plus précisément près de la ville de Tudora. Une troisième équipe évalue depuis le 4 mars les besoins en Ukraine, dans les régions de Chernivsti, Vinnytsia et Dnipro. Deux experts sont également en mission d’évaluation dans la région de Lviv depuis le 13 mars.

« Nous nous préparons à soutenir les hôpitaux de la région touchée, en fournissant une assistance technique à la réadaptation pour les personnes blessées et un soutien psychosocial », explique Fanny Mraz, directrice Urgence de HI. « Notre évaluation des besoins fondamentaux est également en cours. Nous travaillons en coordination avec les autres acteurs humanitaires et les autorités locales pour apporter une réponse exhaustive et complète aux besoins sur le terrain. »

En Moldavie, où des milliers de personnes ont déjà fui le conflit, HI se prépare à venir en aide aux réfugiés qui traversent la frontière en fournissant des services psychosociaux et des aides techniques à la mobilité, notamment des cannes et des fauteuils roulants, aux populations vulnérables et aux personnes handicapées. L’organisation soutiendra également les abris collectifs qui hébergent les réfugiés dans le pays.

 

Les réfugiés ukrainiens affluent dans les centres d’accueil moldaves

En Moldavie, HI a commencé à visiter certains des 78 centres d’évacuation répartis dans tout le pays, où des dizaines de milliers de personnes se sont réfugiées pour échapper aux bombardements et aux tirs d’artillerie.

« Des centaines de familles, surtout des femmes et des enfants, dorment côte à côte. Ils n’ont pu emporter que très peu d’effets personnels », explique Fanny. « Le nombre de personnes que les centres peuvent accueillir et les conditions qu’ils proposent varient considérablement. Le manque de nourriture, d’eau et de savon est fréquent. »

 

Manque de services adaptés

De plus en plus de familles quittent l’Ukraine, traversant des régions peu sûres et affrontant des températures dangereusement basses, souvent pendant plusieurs jours. Même à leur arrivée à la frontière, les perspectives restent floues.

« Nous voyons des personnes âgées arriver dans des conditions alarmantes », s’inquiète Fanny. « Certains s’effondrent au sol à la frontière, épuisés par des jours de voyage dans le froid. Les zones d’attente ne sont pas adaptées aux personnes ayant des besoins spécifiques, qui ont du mal à accéder à l’aide dont elles ont besoin. »

Le manque d’information est également un problème majeur pour les réfugiés.

« Plus de 14 000 personnes affluent chaque jour en Moldavie », poursuit Fanny. « Mais ces gens ne savent pas toujours où aller ensuite, ni comment y parvenir. La situation est encore plus préoccupante en ce qui concerne les personnes handicapées ou celles qui ont besoin d’informations adaptées et de services spécialisés. »

 

La peur ne faiblit pas au fil du conflit

Au 17 mars, plus de 3 millions de réfugiés ont déjà fui l’Ukraine pour se réfugier dans les pays voisins. Ce sont quasiment deux millions de personnes qui ont été déplacées à l’intérieur du pays, mais le nombre réel pourrait être beaucoup plus élevé, car 7 millions de personnes risquent d’être déplacées. La situation évolue chaque jour dans un contexte de grande incertitude.

 

La réponse de Handicap International à la crise en Ukraine

 

  1. Améliorer l’accès à des services de réadaptation et de soutien psycho-social de qualité pour les personnes vulnérables affectées par le conflit.
    Il s’agit de fournir des soins de réadaptation aux personnes blessées ou porteuses de handicap et des aides à la mobilité. Les équipes vont également offrir un soutien psychologique aux personnes en détresse psychologique suite aux événements traumatiques vécus lors du conflit, par exemple d’avoir dû quitter leurs proches et leur maison. La mise en service d’une ligne d’urgence où les personnes pourront être écoutées est également prévue.
    Les équipes de H.I. soutiendront également les structures de santé existantes afin qu’elles puissent fournir des services de réadaptation et de soutien psychologique.
     
  2. Limiter les risques de maladies infectieuses et améliorer l’accès à l’hygiène.
    Les équipes vont distribuer des kits d’hygiène afin que les plus vulnérables que sont les personnes blessées, handicapées, âgées, … aient accès à l’hygiène. L’organisation va aussi réparer les infrastructures sanitaires dans les structures d’urgence et de réadaptation.
     
  3. Améliorer l’accès aux articles ménagers de base pour les familles affectées d’abord en distribuant des kits avec des produits essentiels.
     
  4. S’assurer que l’aide humanitaire soit inclusive.
    L’expérience montre que les acteurs humanitaires ne tiennent pas toujours compte des besoins spécifiques des personnes handicapées. Il faut donc les sensibiliser et leur apporter un soutien technique.
     
  5. Faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire délivrée aux populations affectées par la crise en renforçant  toute la chaîne logistique et les acteurs locaux du secteurs, depuis le transport jusqu’au stockage.
     
  6. Limiter les risques posés par les engins de guerre non explosés.
    Cette action sera adaptée à l’évolution du conflit et à la situation humanitaire afin de toucher une audience la plus large possible. Il faut avant tout, avec des partenaires locaux, avoir une meilleure vue de la contamination – mines antipersonnel, sous-munitions ou autre types d’engins de guerre non explosés, avant de développer les messages et outils de sensibilisation. H.I. sensibilisera non seulement les populations affectées mais aussi les acteurs humanitaires.

 

Répondez à l'appel Ukraine 12-12


Handicap International fait partie du Consortium 12-12.
Tous les dons sont les bienvenus via le numéro de compte bancaire du 12-12, BE 19 0000 0000 1212, et en ligne via www.1212.be.

Pour aller plus loin

Vladimir a survécu à une explosion
© HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Vladimir a survécu à une explosion

En Ukraine, Vladimir a survécu à une explosion qui lui a causé de graves brûlures. HI l'aide à se rétablir en lui proposant des exercices de rééducation et des soins pour faciliter sa guérison.

HI apporte son soutien à un centre pour enfants polyhandicapés en Ukraine
© HI
Urgence

HI apporte son soutien à un centre pour enfants polyhandicapés en Ukraine

A l’ouest de l’Ukraine, les besoins sont immenses. HI y soutient un centre d’accueil pour enfants polyhandicapés, en renforçant les services de soins.

« Je ne me considère pas comme une victime »
© HI
Urgence

« Je ne me considère pas comme une victime »

Denys, habitant de Kiev et médiateur culturel de HI en Ukraine, partage son expérience de l’évacuation de sa famille lors du conflit armé.