Un projet novateur : des drones au Tchad

  • 4 démineurs encadrant un périmètre de sécurité dans lequel sont posés des engins explosifs, sur un terrain sablonneux. La photo est prise d'un drone
  • Un homme accroupi fixe une signalisation "danger mine" au Tchad

Après 50 ans ponctués de multiples conflits, les Tchadiens sont toujours des victimes de guerre potentielles. Ce pays d’Afrique compte encore 100 000 m² de terres contaminés par les mines antipersonnel et autres restes de guerre non explosés. Handicap International mène déjà des opérations de déminage au Tchad. A partir de 2019, l’organisation testera de nouvelles méthodes de détection à l’aide de drones pour faciliter le travail de déminage.   

Une véritable révolution

Les drones, couplés à une collecte de données sur tablette, serviront tout d’abord à cartographier en haute résolution les zones suspectées dangereuses. Ensuite, si besoin, des drones à géoradar seront utilisés pour détecter les restes explosifs à l’aide d’ondes électromagnétiques. C’est le plus grand défi : jusqu’à présent, personne n’y est parvenu.   

“ Nous avons des objectifs ambitieux. C’est pourquoi nous nous sommes entourés de partenaires internationaux. Ils travailleront avec notre équipe au Tchad et les autorités locales ” explique Xavier Depreytere, responsable du projet Drone chez HI.

Moins dangereux, moins cher et plus rapide

« Pour l’instant, l’équipe réfléchit à la manière de rendre les drones le plus efficace possible. Si les tests sont positifs, Handicap International pourra transférer la technologie à ses partenaires  » ajoute Xavier Depreytere. « Dès que l’on pourra dire OK, ces méthodes sont moins chères, moins dangereuses et plus rapides… alors nous serons heureux de les partager avec les services de déminage au Tchad, voire ailleurs dans le monde. »