Accès direct au contenu

Une belle leçon de courage

Prévention Réadaptation
Cambodge
Kanhara a trois ans lorsque son destin bascule. Fauchée par un camion fou lors du banquet de noce de sa tante, la petite fille perd son bras droit et sa jambe droite. Restée sans soins spécifiques pendant presque cinq ans, elle est découverte par un agent social de Handicap International au Cambodge et vient de recevoir sa première prothèse. Depuis, Kanhara revit.
Knahara chez elle, assise sur son lit. Sa prothèse est posée à côé d'elle.

Kanhara a trois ans lorsque son destin bascule. Fauchée par un camion fou lors du banquet de noce de sa tante, la petite fille perd son bras droit et sa jambe droite. Restée sans soins spécifiques pendant presque cinq ans, elle est découverte par un agent social de Handicap International au Cambodge et vient de recevoir sa première prothèse. Depuis, Kanhara revit.

Le dîner de mariage de la tante de Kanhara bat son plein. La petite fille traverse joyeusement la route en terre battue pour aller chercher des ballons gonflables. Elle s’apprête à revenir lorsqu’un camion lancé à toute vitesse déborde sur le bas-côté et la fauche comme un brin d’herbe. Sa vie est sauvée de justesse après six mois de soins intensifs, plusieurs opérations et greffes de peau. Kanhara, trois ans, doit alors apprendre à vivre sans son bras droit et sa jambe droite, amputée au niveau de la cuisse.

Une volonté à toute épreuve

La famille, pauvre, vit dans une maisonnette délabrée. Le père, chanteur, travaille surtout pendant la saison sèche. Dotée d’un fort caractère et d’un optimisme naturel, la fillette surmonte le traumatisme de l’accident et prend à nouveau part à la vie familiale. Elle s’occupe de ses frères et sœurs plus jeunes et n’écoute pas toujours les conseils de son grand frère. En grandissant, Kanhara décide d’aller à l’école située tout près de sa maison. Chaque jour, elle claudique sur son unique jambe pour s’y rendre, laissant sa maîtresse admirative. Elle prend rapidement goût aux études. Elle apprend à écrire avec la main gauche et déchiffre son livre de lecture à toute vitesse.

Une prothèse, de nouvelles possibilités

Découverte par Davann, agent social de Handicap International, Kanhara vient de recevoir sa première prothèse. La fillette se rendra une fois par mois au centre de réadaptation de Kampong Cham, géré par l’association, où sa prothèse sera réparée lorsque que cela s’avèrera nécessaire. Le centre lui fournira aussi un nouvel appareillage quand elle aura trop grandi.

Cinq ans après son accident, la fillette est très fière de pouvoir se déplacer plus aisément. Elle explore toutes les possibilités que lui donne sa nouvelle jambe : « J’ai dix amis : cinq garçons et cinq filles. Deux sont handicapés. Nous jouons souvent à cache-cache et à la marelle depuis que j’ai ma prothèse. Et je les retrouve aussi à l’école. Même avant, je voulais aller en classe, mais c’était très difficile avec une seule jambe. Je tombais et certains élèves se moquaient de moi. Aujourd’hui, quelques-uns continuent et imitent ma façon de marcher, mais ce qui compte pour moi, c’est d’aller à l’école ! ». Kanhara offre ainsi une belle leçon de courage à ses copains valides.

Pour aller plus loin

Avec 2 chaussettes, vous êtes plus fort
© Handicap International / Done By Friday
Réadaptation

Avec 2 chaussettes, vous êtes plus fort

En décembre, Handicap International lançait sa campagne #ItTakesTwo pour mettre en avant l'importance de la réadaptation physique. Vous pouvez nous aider à faire passer le message !

" Je suis dure comme une pierre"
HI
Réadaptation

" Je suis dure comme une pierre"

Kisubizo, 10 ans, vit dans l'Est du Congo. Son histoire et celle de sa famille est une vraie tragédie.

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?
X. Olleros - HI
Réadaptation

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?

A première vue, la réadaptation ne semble pas une cause attirante. Elle ne remplit pas d’estomacs affamés, elle ne vaccine aucune population et n'arrête pas les bombes. D’où la question : à quel point des soins de réadaptation physique de qualité et abordables sont-ils nécessaires ?