Accès direct au contenu

Yemen: la situation humanitaire est dramatique.

Urgence
Yémen
Le conflit au Yémen et le blocus imposé en novembre 2017 par la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite ont des effets dévastateurs pour la population. Maud Bellon, directrice des programmes de Handicap International (HI) au Yémen décrit la situation.
Une petite fille amputé de la jambe droite s'exerce à marcher avec sa prothèse. A l'arrière -plan, 2 autres enfants sont assis, des béquilles posées à côté d'eux.

Le conflit au Yémen et le blocus imposé en novembre 2017 par la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite ont des effets dévastateurs pour la population. Maud Bellon, directrice des programmes de Handicap International (HI) au Yémen décrit la situation.

Quelle est la situation dans le pays ?

J’ai passé plusieurs  jours à Aden car nous espérons ouvrir de nouveaux programmes humanitaires dans la ville et dans les gouvernorats de Taiz et Lahj en janvier prochain. Aden n’est pas la cible des violences contrairement à d’autres villes comme Hoddeidah (dans l'est du pays), par exemple, où se déroulent des combats extrêmement intenses, où Sa’ada, dans le Nord, qui est pilonné presque tous les jours...
Aden est devenue dangereuse plus à cause de l’augmentation de la criminalité et des manifestations contre l’augmentation des prix. Les groupes armés se sont multipliés. Des attaques ciblées et des assassinats de dirigeants ont lieu régulièrement. Le gouvernement d’Aden est divisé en deux camps rivaux…

Peux-tu expliquer les conséquences du blocus ?

Il y a un an, la coalition militaire dirigée par l’Arabie Saoudite a imposé le blocus du pays sur toutes les importations. Les importations de fuel sont suspendues, des circuits parallèles se sont mis en place, évidemment plus chers. Tous les produits dans le pays – denrées alimentaires, gaz, etc. - ont augmenté et il est presque impossible pour une famille yéménite de vivre normalement.
De plus, les combats violents depuis le début de l’année à Hoddeidah - où se trouve le port par lequel transitent près de 80 % des importations au Yémen (et également la majorité de l’aide humanitaire) - aggravent la crise et fragilisent encore plus des millions de Yéménites qui s’efforcent déjà de survivre.
Alors que presque toutes les denrées alimentaires sont importées, les effets combinés du conflit et du blocus mettent 18 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire, soit 60 % de la population du pays. Alors que l’accès à l’eau potable est très difficile dans de nombreuses zones, on observe également la résurgence de cas de choléra ces dernières semaines.

Où HI mène-t-elle ses opérations humanitaires ?

Pour l’instant, toutes les opérations humanitaires de HI se déroulent à Sana’a. Depuis 2015, nous fournissons des soins en réadaptation, en soutien psychologique, ainsi que des aides à la mobilité (prothèses, béquilles, fauteuils roulants, etc.). Nous intervenons dans 8 hôpitaux et centres de rééducation physique. En trois ans, 20 000 personnes ont reçu une aide en réadaptation, 17 000 en soutien psychosocial et 9 500 ont été fournies en prothèses, fauteuils roulants ou béquilles… 60 % des personnes que nous soignons ont été blessées.
Nous avons également mené récemment un programme de distribution d’aide financière à près de 600 familles.

D'où viennent les blessés ?

« Les blessés viennent des différentes lignes de front et arrivent par vagues, selon l’intensité des combats. Ils sont principalement victimes d’explosion, de tirs par balle… Nous recevons également beaucoup d’accidentés de la route... Nous faisons face à beaucoup de cas d’amputation. Comme les hôpitaux sont encombrés, le personnel médical les renvoie tout de suite après l’opération chirurgicale, sauf quand le patient a les moyens... Le principal problème réside aussi dans la très grande difficulté à transporter les blessés des lignes de front vers les hôpitaux, les coûts du transport et les frais d’admission à l’hôpital... »

Quelles sont les conditions de sécurité à Sana’a ?

Les combats continuent principalement en périphérie de Sana’a. Il y a des bombardements sporadiques. Une équipe a dû rentrer d’urgence au bureau parce que l’hôpital où elle se rendait était trop près de la zone bombardée. L’aéroport de la ville a été bombardé récemment. Nous avons une préoccupation permanente de la sécurité de nos équipes, car ce contexte est extrêmement volatil.

La situation au Yémen en quelques chiffres :

  • 12 millions de personnes sont en situation de malnutrition.
  • Plus de 16 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène.
  • La valeur de la monnaie locale, le Riyal yéménite, a considérablement chuté en 2018, rendant inaccessible de nombreux biens et l’accès aux besoins essentiels – santé, nourriture, logement…
  • L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé 13 500 cas de choléra en octobre 2018, alertant sur la menace d'une nouvelle épidémie.

JE FAIS UN DON

 

Pour aller plus loin

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.