Accès direct au contenu

10 ans d’interdiction des mines… Et après?

Mines et autres armes
Belgique
Aujourd’hui encore, une personne saute toutes les trente minutes sur une mine. Pourtant, l’interdiction des mines est grand succès, comme nous l’ont expliqué Kosal (Cambodge) et Firoz (Afghanistan). Handicap International a invité ces deux survivants d’accidents de mine afin qu’ils ouvrent ce 9 mai les célébrations officielles commémorant les 10 ans de la signature du Traité d’Ottawa. Cette célébration qui s’est tenue en présence de la Princesse Astrid a été organisée par le Gouvernement car une importe conférence a eu lieu il y a 10 ans à Bruxelles, qui a mené à l’historique Traité d’Ottawa.

Handicap International reçoit deux victimes de mines à Bruxelles

Conférence en commémoration des 10 ans du Traité d'Ottawa
Aujourd’hui encore, une personne saute toutes les trente minutes sur une mine. Pourtant, l’interdiction des mines est grand succès, comme nous l’ont expliqué Kosal (Cambodge) et Firoz (Afghanistan). Handicap International a invité ces deux survivants d’accidents de mine afin qu’ils ouvrent ce 9 mai les célébrations officielles commémorant les 10 ans de la signature du Traité d’Ottawa. Cette célébration qui s’est tenue en présence de la Princesse Astrid a été organisée par le Gouvernement car une importe conférence a eu lieu il y a 10 ans à Bruxelles, qui a mené à l’historique Traité d’Ottawa.

Convention d’Ottawa

Balade à vélo de Paris à Bruxelles en 1997
La Convention d’Ottawa fut un succès sans précédent et inespéré pour tous ceux qui s’étaient engagés depuis des années dans la lutte contre les mines antipersonnel. Aujourd’hui, dix ans plus tard, le résultat est ahurissant : la communauté internationale rejette les mines et reconnaît le droit des victimes au soutien. Mais tout n’est pas réglé pour autant. Des mines restent à l’affût d’un faux pas… Des victimes attendent un soutien nécessaire…
 

Kosal et Firoz témoignent

Deux jeunes gens, qui ont survécus à un accident de mine, ont témoigné durant la Conférence sur les 10 ans du Traité d’Ottawa qui a eu lieu le 9 mai au Palais d’Egmont à l’initiative du Gouvernement belge.

Sang Kosal, une jeune Cambodgienne qui a marché sur une mine lorsqu’elle avait six ans, et qui a lancé il y a dix an un appel vibrant à la communauté internationale afin qu’elle accouche d’une interdiction des mines antipersonnel. Elle a expliqué comment, en tant que petite fille, elle a demandé que les mines soient bannies afin que les enfants comme elles puissent jouer sans crainte.

Firoz Ali Alizada, qui a été blessé par une mine en Afghanistan et qui travaille désormais pour Handicap International, a parlé de son pays, l’un des plus touché par le fléau des mines. S’il y a aujourd’hui moins de nouvelles victimes chaque année, on constate que l’action n’est pas assez coordonnée et qu’il faut plus de moyens pour le déminage et le soutien aux victimes.

Firoz a perdu ses deux jambes à cause d’une mine. Enfant, il jouait aussi avec des sous-munitions non explosées. Elles auraient aussi bien pu exploser aussi. C’est pourquoi il se bat aujourd’hui pour une interdiction des sous-munitions, au même titre que l’interdiction des mines, car ces deux armes font sans aucune distinction de nombreuses victimes civiles.


Cliquez ici pour lire l’histoire de Firoz et de Kosal.

Le communiqué de presse de Handicap International à propos des 10 ans du Traité d'Ottawa.
 

Regardez un extrait de la conférence organisée le 8 mai 2007 par Handicap International:

Vous pouvez également télécharger en cliquant ici le texte de l'intervention de Firoz et de Kosal à la conférence sur les 10 ans d'Ottawa.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Interview : de l'Asie à HELASIA
© HI
Droits

Interview : de l'Asie à HELASIA

Fin février, Griet a déménagé à Addis Abbeba en Ethiopie, où elle va relever un nouveau défi pour Handicap International. Avant de partir, elle a répondu à quelques questions sur ses expériences en Asie et ce qu'il attend avec le projet HELASIA.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.