Accès direct au contenu

Armes explosives en Syrie : un héritage mortel

Mines et autres armes
Syrie
Handicap International vient de publier un rapport intitulé « Utilisation d’armes explosives en Syrie : un héritage mortel » qui alerte sur le haut niveau de pollution par les armes en Syrie, une menace pour 5,1 millions de Syriens dont 2 millions d’enfants. Handicap International appelle les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire international et à mettre fin immédiatement à l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées.
Des bombes sur des gravas dans une rue

Handicap International publie aujourd’hui un rapport intitulé « Utilisation d’armes explosives en Syrie : un héritage mortel » qui alerte sur le haut niveau de pollution par les armes en Syrie, une menace pour 5,1 millions de Syriens dont 2 millions d’enfants. Handicap International appelle les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire international et à mettre fin immédiatement à l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées. En outre, elle exhorte la communauté internationale à réagir d’urgence aux conséquences de ces armes sur la population civile.

Reposant sur l’analyse de 77.645 incidents recueillis entre décembre 2012 et mars 2015, le rapport montre que les armes explosives sont les armes les plus fréquemment utilisées dans le conflit syrien.

  • Ces armes sont à l’origine de plus de quatre incidents signalés sur cinq [1].
  • 75 % de ces accidents ont lieu dans des zones peuplées et représentent donc un grave danger pour la vie des civils.
  • Dans le seul gouvernorat de Damas, 5.353 incidents ont été rapportés, soit une moyenne de 7 incidents par jour.
  • Au total, 5,1 millions de personnes – dont 2 millions d’enfants – vivent dans des zones fortement touchées par l’utilisation d’armes explosives.

Toute une génération menacée

Toutes les parties au conflit recourant massivement à ce type d’armes, les conséquences sur la population civile sont terribles. « En raison de leurs effets de souffle ou de fragmentation, les armes explosives tuent ou causent des blessures complexes. Leur large utilisation, associée à l’absence de prise en charge chirurgicale appropriée en Syrie, a des conséquences dévastatrices sur la vie des personnes. Si les blessures ne sont pas correctement traitées, le patient risque de ne pas se rétablir complètement et de développer des handicaps durables. Avec plus d’un million de blessés en Syrie, c’est toute une génération qui souffrira des séquelles de ces armes », explique Anne Garella, coordinatrice régionale de Handicap International.

Un obstacle pour la population

Au-delà de la menace immédiate liée aux armes explosives, le rapport met en évidence l’héritage meurtrier laissé par les restes explosifs de guerre. La pollution des routes et des rues suite aux bombardements et aux tirs d’obus empêche la population de fuir les combats ou de se rendre à l’hôpital le plus proche. La présence de restes explosifs de guerre empêche l’accès aux moyens de subsistance, les agriculteurs et les éleveurs ne pouvant plus s’occuper de leurs terres ou de leur bétail. À plus long terme, les restes explosifs de guerre font obstacle au retour des populations déplacées et à la reconstruction générale du pays.

« La Syrie souffrira pendant des années de l’héritage meurtrier des armes explosives, déclare Anne Garella. Il faut immédiatement mettre en place des projets d’éducation aux risques afin d’éviter de nouveaux accidents et conduire des formations dans les communautés afin de sensibiliser les populations locales, déplacées et rapatriées. La communauté internationale doit prendre conscience de l’étendue du problème et prévoir des projets de dépollution et de déblaiement des décombres dans les zones fortement contaminées. »

Protéger la population civile, une urgence !

Le rapport souligne l’urgence d’agir pour protéger les civils contre l’utilisation d’armes explosives. Les parties au conflit doivent se conformer sans délai au droit humanitaire international et arrêter d’utiliser des armes explosives dans les zones peuplées. Handicap International appelle également tous les États à condamner ces utilisations, à user de leur influence pour garantir que les parties au conflit les cessent, et à participer activement aux discussions qui se déroulent actuellement en faveur d’un engagement politique international sur l’arrêt de l’usage d’armes explosives dans les zones peuplées.

360.000 personnes ont déjà bénéficié d’actions entreprises par Handicap International depuis le lancement des opérations de l’association en 2012. L’organisation propose des services de réadaptation physique, un accompagnement psychologique et des distributions d’urgence pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes blessées, handicapées et particulièrement vulnérables. Handicap International diffuse également des messages de sensibilisation et de sécurité auprès des populations locales afin de prévenir les accidents causés par des restes explosifs de guerre. En Syrie, plus de 71.500 personnes ont déjà bénéficié de ces actions.

[1] Les armes explosives comprennent les engins explosifs tels que les mortiers, les roquettes, les obus d’artillerie et les bombes aériennes, ainsi que les engins explosifs improvisés.

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.