Accès direct au contenu

Bangladesh : urgence à Baijora

Urgence
A Baijora, où vivent 900 familles et une centaine de personnes handicapées, 90 % des maisons ainsi que les deux écoles communautaires ont été détruites. Handicap International va travailler à la relance de la vie locale. Ce qui veut dire qu'elle va contribuer à la reconstruction des maisons, au redémarrage des activités économiques et à l'éducation.

Les projets d'urgence qui font suite au cyclone Sidr ont démarré

A Baijora, où vivent 900 familles et une centaine de personnes handicapées, 90 % des maisons ainsi que les deux écoles communautaires ont été détruites. Handicap International va travailler à la relance de la vie locale. Ce qui veut dire qu'elle va contribuer à la reconstruction des maisons, au redémarrage des activités économiques et à l'éducation.
Une personne handicapée et sa famille, devant leur maison
"Le Bangladesh a subi le plus grand cyclone depuis 1991", explique Raphaël Gorgeu, coordinateur Handicap, de retour d'une mission d'évaluation. Suite au passage du cyclone Sidr, qui a ravagé une partie du pays le 15 novembre dernier, il a arpenté les zones atteintes touchées durant plusieurs semaines : « Ce sont toujours les populations les plus pauvres et les plus vulnérables qui sont affectées, explique-t-il, les maisons en dur ont résisté, mais pas celles construites en bois ».

La violence du cyclone a été telle que 8 millions de personnes ont été touchées : on compte 4 000 morts et disparus, 40 000 blessés, ce qui est peu dans un pays qui compte 140 millions d'habitants. En effet, la fréquence des inondations et des catastrophes naturelles a conduit la population à se préparer à faire face aux risques majeurs. Les dégâts matériels sont en revanche considérables : 1,4 million de maisons sont détruites, les champs sont ravagés par les eaux et inutilisables, certaines digues ont cédé.

Handicap International est présente dans ce pays depuis plus de 10 ans et mène déjà plusieurs projets, mais elle va proposer une réponse spécifique à cette dernière catastrophe, en apportant son soutien aux habitants d'un village parmi les plus touchés.

A Baijora, où vivent 900 familles et une centaine de personnes handicapées, 90 % des maisons ainsi que les deux écoles communautaires ont en effet été détruites. Handicap International va travailler à la relance de la vie locale. Ce qui veut dire qu'elle va contribuer à la reconstruction des maisons, au redémarrage des activités économiques et à l'éducation. Le but : permettre aux familles de retrouver un toit, et donc de sortir de cette phase d'urgence. Puis de leur donner les moyens de reprendre une activité professionnelle (agriculture ou pêche), notamment en nettoyant les champs envahis par les eaux pour faciliter la prochaine récolte. Et enfin de veiller à ce que les enfants ne soient plus mobilisés par la recherche de l'aide alimentaire, et qu'ils puissent retourner à l'école. Les bâtiments scolaires endommagés vont être restaurés, un soutien sera apporté aux enseignants. Dans ce contexte, une attention particulière sera portée aux personnes handicapées et aux plus vulnérables, pour qu'elles ne soient pas exclues des aides proposées.

Pour mener à bien ce projet, une équipe spécifique a été mise sur pied par la direction de l'Action d'Urgence de Handicap International, composée de trois expatriés et d'une vingtaine de personnels nationaux. Elle travaillera en partenariat avec une ONG locale.

Pour aller plus loin

Besoins importants de réadaptation à Beyrouth
© Anwar AMRO / AFP
Urgence

Besoins importants de réadaptation à Beyrouth

Les blessures provoquées par les énormes explosions qui se sont produites mardi à Beyrouth comprennent des brûlures, des fractures et des amputations, en plus des milliers de blessures mineures et majeures causées par le verre brisé. 500 personnes auront probablement besoin d'une rééducation physique pour se rétablir.

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de Handicap International
© Mikhail Alaeddin / Sputnik /AFP PHOTO
Urgence

Les victimes de l'explosion à Beyrouth auront besoin de l'aide de Handicap International

Les scènes de dévastation qui ont suivi une énorme explosion à Beyrouth ne laissent aucun doute quant aux besoins immédiats et urgents des plus de 5 000 personnes blessées. L'équipe d'experts de Handicap International déjà basée dans le pays est prête à aider ceux qui en ont besoin.

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet
Copyright HI
Urgence

Journée mondiale des réfugiés : les réfugiés handicapés davantage victimes de la violence et du rejet

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, Handicap International sort son nouveau rapport « COVID-19 dans le contexte humanitaire : pas d'excuses pour ne laisser personnes de côté » afin d’attirer l’attention sur les difficultées recontrées par les réfugiés et déplacés handicapés suite à la crise.