Accès direct au contenu

Camp de réfugiés de Dadaab, l’urgence permanente

Urgence
Kenya
Poussés par la sécheresse et la famine qui sévissait dans la Corne de l’Afrique il y a cinq ans, des centaines de milliers de personnes sont venues remplir le camp de Dadaab. Toujours présente sur place, Handicap International aide depuis cinq les réfugiés les plus vulnérables.
Trois collaborateurs de Handicap International s'occupent d'un vieux monsieur, allongé dans une tente.

Poussés par la sécheresse et la famine qui sévissait dans la Corne de l’Afrique il y a cinq ans, des centaines de milliers de personnes sont venues remplir le camp de Dadaab. Toujours présente sur place, Handicap International aide depuis cinq les réfugiés les plus vulnérables.
 
En juillet 2011, Handicap International lançait des opérations d’urgence à l’Est du Kenya pour répondre à l’afflux massif de réfugiés venus de Somalie. Handicap International intervenait depuis déjà 5 ans à Dadaab qui, en accueillant 450 000 personnes, est devenu le plus grand camp de réfugiés au monde.

Pour répondre à cette crise qui se poursuit encore aujourd'hui, l’organisation a rapidement mis en place des équipes mobiles pour recenser les personnes handicapées, les aiguiller vers les services de base existants et s’assurer qu’elles recevaient bien l’aide dont elles avaient besoin. Trois relais "Handicap et Vulnérabilité" pouvaient les accueillir pour fournir soins en réadaptation, conseils, exercices pratiques, et distribuer béquilles, fauteuils roulant, etc.

Nos équipes accordent une attention spécifique aux enfants en situation de handicap. Ils organisent des jeux dans le camp pour stimuler leur développement psychomoteur, comme faire des constructions en légo, des puzzles, déposer des objets dans un seau...

Depuis plus de trois ans, l’association forme aussi des réfugiés afin qu’ils puissent mener des séances de kinésithérapie et reproduire les gestes de base sur des patients là où ils vivent.

Lutter contre les discriminations et la violence

Handicap International sensibilise également les organisations humanitaires aux droits et besoins des personnes handicapées et leur apporte un appui technique pour qu’elles mènent des actions  qui prennent en compte la situation des personnes handicapées. Il s’agit par exemple de s’assurer que les latrines ou les rampes de distribution d’eau soient à la portée des personnes en fauteuil roulant.

Nos équipes luttent aussi contre les violences faites aux personnes handicapées en recensant les incidents et en assurant un suivi des victimes à la fois juridique, psychologique et médical.

Handicap International est venue en aide à 12 000 personnes en 2015.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».