Accès direct au contenu

COVID-19 au Rwanda : une aide alimentaire pour les enfants handicapés

Prévention Réadaptation Santé
Rwanda

"Grâce à l'aide alimentaire, ma petite fille ne risque pas de souffrir de malnutrition en plus de son handicap..." Ce sont les mots de Kapitolina, quelques semaines après avoir reçu l'aide alimentaire de Handicap International pour la première fois. L'aide alimentaire fait partie des mesures de soutien aux parents d'enfants handicapés. Ce soutien est fourni depuis 2018 et se poursuit pendant la période de confinament pour atténuer les effets négatifs du Covid-19 sur les familles.


 

© HI

Kapitolina est une femme de 59 ans. Réfugiée burundaise, elle est arrivée il y a cinq ans au camp de Mahama, dans la province de l'Est. En avril dernier, elle a reçu les rations SOSOMA de Handicap International comme complément alimentaire pour son enfant adoptif Benine Niragire. La fillette de 5 ans est paralysée des quatre membres après un traumatisme crânien.

"Trouver de la nourriture est un gros problème pendant ce confinement..."

Pour Kapitolina, il n'est pas facile de trouver de la nourriture pour sa fille car de nombreuses activités ont été suspendues. "Avant le confinement, dit-elle, j'allais parfois aider dans la communauté d'accueil, où je trouvais de la nourriture pour mon enfant. Maintenant que je ne peux plus y aller, trouver de la nourriture est un gros problème". Grâce au soutien de H.I., Benine bénéficie toujours d'une alimentation complémentaire.

Chaque enfant reçoit 3 kg de repas SOSOMA chaque mois. Pour les 252 enfants handicapés et les 300 familles pauvres, l'aide arrive au bon moment, car les mesures strictes de distanciation physique ne permettent pas de travailler ou de s'approvisionner d'une autre manière. Pour la majorité, ce soutien a un impact majeur sur les conditions de vie.

Une mère attentionnée

Kapitolina ne craint donc pas que sa petite fille souffre de malnutrition : "Grâce au repas SOSOMA reçu de HI, mon enfant n'a pas de problèmes nutritionnels et n'est donc pas menacée de malnutrition. Chaque matin, je prépare son porridge pour qu'elle puisse passer la journée. Je m'assure qu'elle ne développe pas de malnutrition et que son développement physique et cognitif n'est pas entravé. "Je suis fier que grâce à sa croissance et à ses capacités fonctionnelles, elle puisse maintenant s'asseoir et communiquer sans problème lorsqu'elle veut aller aux toilettes, par exemple.

Kapitolina est très attentive à Benine, et elle fait tout son possible pour que sa fille continue à progresser. Depuis février 2018, Benine suit un traitement de réadaptation grâce à Handicap International. Benine a subi un traumatisme crânien alors qu'elle était bébé. Elle a été blessée et abandonnée par sa mère biologique qui se débattait avec des problèmes psychologiques. Avec Kapitolina comme mère adoptive, elle est heureuse désorrmais.

 

Published on: 2 juin 2020

Pour aller plus loin

Journée mondiale des lésions de la moelle épinière : allons un pas plus loin pour relever le défi !
© Sarah Pierre/Handicap International
Réadaptation

Journée mondiale des lésions de la moelle épinière : allons un pas plus loin pour relever le défi !

Lors de la Journée mondiale des lésions de la moelle épinière, Erik Weerts - spécialiste de la réadaptation d'urgence chez Handicap International - explique comment ce type de lésion peut avoir de graves conséquences à long terme et comment la réadaptation physique peut faire la différence pour les personnes touchées, leur famille et leur communauté.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.

Rendre les soins de santé accessibles à tous
© Patrick Meinhardt / HI
Droits Réadaptation Santé

Rendre les soins de santé accessibles à tous

La crise engendrée par l’expansion de COVID-19 accentue l’exclusion des plus vulnérables, déjà confrontés à des difficultés d’accès aux soins de santé. Pourtant, cette accessibilité est plus importante que jamais.