Accès direct au contenu

Des ouragans toujours dans les mémoires

Urgence
Cuba
En septembre 2008, deux ouragans – Gustav et Ike – ont ravagé la province de Pinar del Rio à une semaine d’intervalle. Grâce au dispositif de préparation et d’évacuation bien rôdé mis en place par les autorités, il n’y eu que cinq victimes à déplorer.

En septembre 2008, deux ouragans – Gustav et Ike – ont ravagé la province de Pinar del Rio à une semaine d’intervalle. Grâce au dispositif de préparation et d’évacuation bien rôdé mis en place par les autorités, il n’y eu que cinq victimes à déplorer.

La petite bourgade de Sanguily fut particulièrement touchée, mais la ville garde peu de traces visibles d’une catastrophe qui reste pourtant bien ancrée dans les mémoires. Sara Miranda Reyes, institutrice, l’évoque comme si c’était hier : « Le 30 août, le premier cyclone est passé, il faisait nuit déjà. Mon mari et moi, on travaillait au point d’évacuation, dans l’école. Quand le cyclone est passé, j’ai vu, depuis le centre scolaire, ma maison s’envoler. Puis, une semaine après, l’autre cyclone est arrivé, avec beaucoup de pluie. Il a fallut évacuer les maisons de nouveau. L’eau a monté et on a dû tous quitter la ville. Mais grâce à l’organisation de la défense civile et de tous ceux qui ont pu venir aider, tout est allé très vite

Handicap International est intervenu en faveur des personnes en situation critique, comme l’explique Sara: «Mon frère Alberto est aveugle d’un oeil et vit avec nous. Il a été repris sur la liste des personnes en situation critique et nous avons reçu des matelas, des draps, des biensde première nécessité. Nous avons aussihabité un logement temporaire en attendantque notre maison soit reconstruite.»Handicap International a participé à la reconstructionde 850 maisons en veillant particulièrement à fournir des toits solides et mieux adaptés aux conditions climatiques,dans la province de Pinar del Riomais aussi dans la province de Holguin,également touchée lors du passage d’Ike.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».