Accès direct au contenu

Emploi massif des armes explosives en Syrie : des constats alarmants

Urgence
Syrie
Alors que la conférence de paix Genève 2 est sur le point de débuter, Handicap International publie une étude sur les causes et les types de blessures constatées par les équipes de l’association, auprès de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie. 60 % des personnes blessées interrogées ont été victimes d’armes explosives et présentent des dommages physiques graves. Handicap International appelle la communauté internationale à faire cesser l’usage d’armes explosives dans les zones peuplées et à garantir l’accès des populations civiles à l’aide humanitaire et aux soins. L’association attire également l’ attention sur le lourd héritage que le conflit syrien va laisser en termes de handicap, nécessitant une prise en charge importante et à long terme.
Een kine met een meisje in vluchtelingenkamp Zaatari, Jordanië

Alors que la conférence de paix Genève 2 est sur le point de débuter, Handicap International publie une étude sur les causes et les types de blessures constatées par les équipes de l’association, auprès de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie. 60 % des personnes blessées interrogées ont été victimes d’armes explosives et présentent des dommages physiques graves.

Handicap International appelle la communauté internationale à faire cesser l’usage d’armes explosives dans les zones peuplées et à garantir l’accès des populations civiles à l’aide humanitaire et aux soins. L’association attire également l’ attention sur le lourd héritage que le conflit syrien va laisser en termes de handicap, nécessitant une prise en charge importante et à long terme.

De novembre 2012 à octobre 2013, Handicap International a conduit 1847 entretiens auprès de personnes déplacées dans les zones de Syrie où l’association intervient en vue d’améliorer leur prise en charge physique et psychologique. Près de la moitié (913) des personnes interrogées présentaient des blessures liées au conflit actuel. Parmi elles, une sur cinq a moins de 17 ans.

Il est particulièrement préoccupant de constater que 60 % de ces blessés ont été victimes d’armes explosives, tandis que 31 % sont des victimes de blessures par balle. Les personnes blessées par des armes explosives présentent souvent des dommages physiques sévères : plus de 60 % présentent des fractures ou des fractures complexes, 25 % ont subi une amputation, 21 % sont atteints de lésions nerveuses périphériques, et 7 % ont des lésions irréversibles de la moelle épinière.
                                                                                                
« À très court terme, ces blessures nécessitent des soins immédiats et adéquats pour éviter des handicaps définitifs voire la mise en danger de la vie des victimes », explique Eric Weerts, référent technique d’Handicap International pour l’urgence et la réadaptation. Or 88,5 % de l’ensemble des personnes interrogées déclarent n’avoir pas eu d’accès satisfaisant à des services de réadaptation. Les victimes d’armes explosives ont un besoin urgent d’accéder à des services de santé appropriés pour être soignées, éviter des complications ou la mort.

Elles auront également besoin d’un soutien médical, économique et social sur le long terme, souvent leur vie durant. Leur nombre important va nécessiter des ressources considérables. Handicap International souhaite attirer dès à présent l’attention sur le très lourd héritage du conflit auquel il faut se préparer, pour une génération de personnes blessées et handicapées. L’association a pu observer dans de nombreux pays en reconstruction après un conflit (au Cambodge, en Angola, au Vietnam...) une sous-estimation des besoins en développement de services de santé et de réadaptation, en formation de leur personnel et en accompagnement économique et social.

Le rapport

 

Pour aller plus loin

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

La thérapie du miroir pour accélérer la convalescence d'Abdulrahmam
© H.I.
Réadaptation Urgence

La thérapie du miroir pour accélérer la convalescence d'Abdulrahmam

Après un bombardement au Nord du Yémen, Abdulrahmam a eu le bras droit fracturé. Ses lésions ont entraîné une gangrène. Il a dû être amputé. L'équipe de Handicap International le soutient pendant sa convalescence.

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.