Accès direct au contenu

Emploi massif des armes explosives en Syrie : des constats alarmants

Urgence
Syrie
Alors que la conférence de paix Genève 2 est sur le point de débuter, Handicap International publie une étude sur les causes et les types de blessures constatées par les équipes de l’association, auprès de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie. 60 % des personnes blessées interrogées ont été victimes d’armes explosives et présentent des dommages physiques graves. Handicap International appelle la communauté internationale à faire cesser l’usage d’armes explosives dans les zones peuplées et à garantir l’accès des populations civiles à l’aide humanitaire et aux soins. L’association attire également l’ attention sur le lourd héritage que le conflit syrien va laisser en termes de handicap, nécessitant une prise en charge importante et à long terme.
Een kine met een meisje in vluchtelingenkamp Zaatari, Jordanië

Alors que la conférence de paix Genève 2 est sur le point de débuter, Handicap International publie une étude sur les causes et les types de blessures constatées par les équipes de l’association, auprès de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie. 60 % des personnes blessées interrogées ont été victimes d’armes explosives et présentent des dommages physiques graves.

Handicap International appelle la communauté internationale à faire cesser l’usage d’armes explosives dans les zones peuplées et à garantir l’accès des populations civiles à l’aide humanitaire et aux soins. L’association attire également l’ attention sur le lourd héritage que le conflit syrien va laisser en termes de handicap, nécessitant une prise en charge importante et à long terme.

De novembre 2012 à octobre 2013, Handicap International a conduit 1847 entretiens auprès de personnes déplacées dans les zones de Syrie où l’association intervient en vue d’améliorer leur prise en charge physique et psychologique. Près de la moitié (913) des personnes interrogées présentaient des blessures liées au conflit actuel. Parmi elles, une sur cinq a moins de 17 ans.

Il est particulièrement préoccupant de constater que 60 % de ces blessés ont été victimes d’armes explosives, tandis que 31 % sont des victimes de blessures par balle. Les personnes blessées par des armes explosives présentent souvent des dommages physiques sévères : plus de 60 % présentent des fractures ou des fractures complexes, 25 % ont subi une amputation, 21 % sont atteints de lésions nerveuses périphériques, et 7 % ont des lésions irréversibles de la moelle épinière.
                                                                                                
« À très court terme, ces blessures nécessitent des soins immédiats et adéquats pour éviter des handicaps définitifs voire la mise en danger de la vie des victimes », explique Eric Weerts, référent technique d’Handicap International pour l’urgence et la réadaptation. Or 88,5 % de l’ensemble des personnes interrogées déclarent n’avoir pas eu d’accès satisfaisant à des services de réadaptation. Les victimes d’armes explosives ont un besoin urgent d’accéder à des services de santé appropriés pour être soignées, éviter des complications ou la mort.

Elles auront également besoin d’un soutien médical, économique et social sur le long terme, souvent leur vie durant. Leur nombre important va nécessiter des ressources considérables. Handicap International souhaite attirer dès à présent l’attention sur le très lourd héritage du conflit auquel il faut se préparer, pour une génération de personnes blessées et handicapées. L’association a pu observer dans de nombreux pays en reconstruction après un conflit (au Cambodge, en Angola, au Vietnam...) une sous-estimation des besoins en développement de services de santé et de réadaptation, en formation de leur personnel et en accompagnement économique et social.

Le rapport

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.