Go to main content

Handicap International condamne l'utilisation des armes à sous-munition par la Thaïlande

Mines et autres armes
Cambodge
La Thaïlande a confirmé officiellement avoir utilisé des sous-munitions lors du conflit frontalier avec le Cambodge début février. « C'est extrêmement préoccupant » déclare Handicap International. « C'est la première fois depuis l'entrée en vigueur de la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions que cette arme 'interdite' est utilisée quelque part dans le monde. »
Armes sous-munitions au Cambodge

L'arme controversée réapparait

La Thaïlande a confirmé officiellement avoir utilisé des sous-munitions lors du conflit frontalier avec le Cambodge début février. « C'est extrêmement préoccupant » déclare Handicap International. « C'est la première fois depuis l'entrée en vigueur de la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions que cette arme 'interdite' est utilisée quelque part dans le monde. »

Début février, des combats avaient lieu à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, près du temple de Preah Vihear. La Cluster Munitions Coalition, (CMC), dont Handicap International est l'un des membres fondateurs, avait démontré l'emploi de sous-munitions après avoir mené une enquête approfondie sur place. Le 5 avril, l'ambassadeur de Thaïlande auprès des Nations unies à Genève a reconnu officiellement l'utilisation de ces armes, qui ont causé la mort de deux personnes. Deux autres personnes ont été mutilées et cinq autres blessées.

“C'est la première fois que des sous-munitions sont utilisées depuis que la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions est entrée en vigueur le 1er août 2010” déclare Bruno Leclercq, responsable de l'Unité Politique de Handicap International Belgique. “Il est extrêmement préoccupant qu'un pays utilise cette arme, interdite par un traité international et devenue totalement inacceptable pour la communauté internationale. Une arme qui blesse et qui tue sans faire de distinction entre une cible militaire et un simple citoyen.” Il ajoute: “C'est incompréhensible que la Thaïlande utilise maintenant des sous-munitions, un pays qui avait joué un rôle de pionnier dans l'interdiction des mines antipersonnel.”

“Il est important que le territoire cambodgien soit nettoyé aussi rapidement que possible pour éloigner cette menace de la population. Cinq mille civils courent un danger” précise Bruno Leclercq, auparavant directeur du programme de Handicap International au Cambodge. Handicap International demande à la Thaïlande de fournir toutes les informations nécessaires pour aider à la dépollution des zones contaminées et de permettre aux habitants de retrouner dans leur région. Notre organisation lance un appel pour que les victimes reçoivent toute l'aide nécessaire, à court et à long terme. Ce soutien consiste en soins médicaux, depuis la réadaptation jusqu'au soutien psychologique et économique.
 

Pour aller plus loin

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?
© Handicap International
Mines et autres armes

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?

Voilà déjà cinq ans que Handicap International alerte le grand public et les dirigeants du monde entier sur les ravages causés par l’utilisation des armes explosives en zone peuplée. Alma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur le désarmement, nous explique pourquoi ce combat est important.

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines
X. Depreytere - H.I.
Mines et autres armes

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics ont pour la première fois localisé des mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad depuis février cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure et révolutionnaire pour les acteurs du déminage !