Accès direct au contenu

Handicap International poursuit ses actions à Dadaab

Urgence
Pour répondre aux besoins suite à la famine dans la Corne de l'Afrique, Handicap International augmente son équipe dans le camp de réfugièés de Dadaab, passant de 23 à 100 personnes (expatriés et personnel national). Une nécessité, pour fournir une aide adaptée le plus rapidement possible aux réfugiés les plus vulnérables.
Le camp de réfugiés de Dadaab vu du ciel

Pour répondre aux besoins suite à la famine dans la Corne de l'Afrique, Handicap International augmente son équipe dans le camp de réfugièés de Dadaab, passant de 23 à 100 personnes (expatriés et personnel national). Une nécessité, pour fournir une aide adaptée le plus rapidement possible aux réfugiés les plus vulnérables.

Depuis 2007, Handicap International travaille dans les camps de Dadaab (et depuis 20 ans dans la région). Nous avons dans chaque camp un centre qui accueille les réfugiés en situation de handicap. Nous leur donnons des soins de kinésithérapie - pour que leur état ne s'aggrave pas- et un soutien psychosocial. Nous y avons égalment un atelier qui délivre des béquilles, des chaises, des vélos adaptés, ... C'est important, le camp ayant une superficie de 40 km³ et que ces personnes doivent parcourir de longues distances pour atteindre les différentes infrastructures (sanitaires, lieux de distribution de la nourriture, ...).

Nous avons considérablement renforcé nos activités depuis le début de la crise. Handicap International continue de focaliser son attention sur les réfugiés les plus vulnérables, qui arrivent le plus souvent totalement épuisées après leur fuite de Somalie et qui peuvent pourtant être oubliées, parce qu'elles ne peuvent pas obtenir de l'aide par leurs propres moyens. Par personnes vulnérables nous entendons personnes handicapées, âgées, personnes isolées, les malades chroniques et les femmes enceintes.

Nos équipes se sont installées à l'entrée des camps pour identifier ces personnes le plus rapidement possible - en deux ou trois jours, alors que cela prend normalement plusieurs semaines - pour pouvoir leur donner accès immédiatement à l'aide nécessaire (abri, nourriture, couvertures). Ces personnes sont amenées dans les centres de Handicap International ou sont dirigées vers d'autres organisations.

Handicap International a dans les camps quatre centres pour les réfugiés les plus vulnérables. Là, ils peuvent compter sur : 

  •  une aide individuelle adaptée: aides de marche, matelas adaptés pour éviter les escarres, ... ;
  • un soutien psychologique ;
  • de la réadaptation par un kinésithérapeute pour éviter que leur état n'empire ;
  • un centre d'infromation sur les différents types d'aide offerts par les ONG internationales présentes. Ces personnes ne sont pas seulement référées à la bonne organisation, elles sont également suivies pour s'assurer qu'elles reçoivent bien l'aide nécessaire.  

Nous avons également six équipes mobiles. Elles parcourent chaque jour les alentours des camps ou des milliers de personnes attendent d'être enregistrées et qui ne trouvent pas de place dans les camps. Ici aussi, ils repèrent les malades chroniques, les personnes handicapées ou âgées pour pouvoir leur offrir une assistance. 

Handicap International sensibilise également les autres organisations afin que les personnes les plus vulnérables ne soient pas oubliées et qu'elles s'assurent que leurs services soient accessibles à tous. 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».