Accès direct au contenu

La libye : 25 tonnes de restes explosifs de guerre détruites

Handicap International vient de détruire un stock colossal de restes explosifs de guerre  qui menaçaient les populations civiles en Libye. L’association intervient depuis 2011 dans le pays pour éliminer ces dangers qui menacent les Libyens.
L'explosion du 12 décembre

Handicap International vient de détruire un stock colossal de restes explosifs de guerre  qui menaçaient les populations civiles en Libye. L’association intervient depuis 2011 dans le pays pour éliminer ces dangers qui menacent les Libyens.

Jeudi 12 décembre 2013, Handicap International a fait exploser 25 tonnes de restes explosifs de guerre (REG) à Misrata (Libye). C’est la deuxième grande opération de destruction menée par Handicap International cette année après celle du 14 novembre qui avait déjà permit supprimer 20 tonnes de REG. Plus de 27 000 restes explosifs de guerre collectés par les équipes de déminage de Handicap International pendant un an ont ainsi été éliminés.

«Ces restes explosifs de guerre proviennent de la dépollution  des stocks de munitions bombardés par l’OTAN en octobre 2011. Les armes et munitions entreposées ont été projetées sur près de 1,5 km² autour du site et jonchent le sol, menaçant la vie des civils alentours.

Ils n’hésitent pas à pénétrer dans l’enceinte des bunkers pour récupérer le laiton et le cuivre des armes, deux alliages très estimés sur le marché du métal. La récupération d’explosifs pour la pêche est également très courante. Ces pratiques, extrêmement dangereuses, provoquent des accidents et plusieurs morts ont déjà été recensés.», souligne Paul McCullough, responsable des opérations de dépollution pour Handicap International.

Cette explosion de grande ampleur a du être organisée avec beaucoup de soins pour éviter tout accident. Le trafic aérien a été suspendu et les routes de la région fermées pendant plusieurs heures avant le déclenchement de l’opération. Une annonce a également été diffusée sur la radio locale pour alerter les populations sur le bruit retentissant et les importantes fumées dont elles seraient témoins.

Depuis avril 2011, l’action de Handicap International porte ses fruits puisque 30 km² de zones contaminées (soit l’équivalent de 4 000 terrains de football) ont déjà été sécurisées et restituées aux populations. L’association mène des activités de dépollution à Misrata, mais aussi des actions de sensibilisation aux dangers que représentent ces armes auprès des populations menacées. 110 000 personnes ont pu être informées du danger des restes explosifs de guerre.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.