Accès direct au contenu

La libye : 25 tonnes de restes explosifs de guerre détruites

Handicap International vient de détruire un stock colossal de restes explosifs de guerre  qui menaçaient les populations civiles en Libye. L’association intervient depuis 2011 dans le pays pour éliminer ces dangers qui menacent les Libyens.
L'explosion du 12 décembre

Handicap International vient de détruire un stock colossal de restes explosifs de guerre  qui menaçaient les populations civiles en Libye. L’association intervient depuis 2011 dans le pays pour éliminer ces dangers qui menacent les Libyens.

Jeudi 12 décembre 2013, Handicap International a fait exploser 25 tonnes de restes explosifs de guerre (REG) à Misrata (Libye). C’est la deuxième grande opération de destruction menée par Handicap International cette année après celle du 14 novembre qui avait déjà permit supprimer 20 tonnes de REG. Plus de 27 000 restes explosifs de guerre collectés par les équipes de déminage de Handicap International pendant un an ont ainsi été éliminés.

«Ces restes explosifs de guerre proviennent de la dépollution  des stocks de munitions bombardés par l’OTAN en octobre 2011. Les armes et munitions entreposées ont été projetées sur près de 1,5 km² autour du site et jonchent le sol, menaçant la vie des civils alentours.

Ils n’hésitent pas à pénétrer dans l’enceinte des bunkers pour récupérer le laiton et le cuivre des armes, deux alliages très estimés sur le marché du métal. La récupération d’explosifs pour la pêche est également très courante. Ces pratiques, extrêmement dangereuses, provoquent des accidents et plusieurs morts ont déjà été recensés.», souligne Paul McCullough, responsable des opérations de dépollution pour Handicap International.

Cette explosion de grande ampleur a du être organisée avec beaucoup de soins pour éviter tout accident. Le trafic aérien a été suspendu et les routes de la région fermées pendant plusieurs heures avant le déclenchement de l’opération. Une annonce a également été diffusée sur la radio locale pour alerter les populations sur le bruit retentissant et les importantes fumées dont elles seraient témoins.

Depuis avril 2011, l’action de Handicap International porte ses fruits puisque 30 km² de zones contaminées (soit l’équivalent de 4 000 terrains de football) ont déjà été sécurisées et restituées aux populations. L’association mène des activités de dépollution à Misrata, mais aussi des actions de sensibilisation aux dangers que représentent ces armes auprès des populations menacées. 110 000 personnes ont pu être informées du danger des restes explosifs de guerre.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?