Go to main content

Les mines et restes explosifs de guerre, un fléau en Irak

Selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), après des décennies de guerres et de conflits, l’Irak est devenu le pays le plus contaminé au monde en termes de mines et de restes explosifs de guerre. Ces armes ont été massivement utilisées lors de conflits internes, pendant la guerre avec l’Iran (1980-1988), la guerre du Golfe (1991) et l’intervention anglo-américaine en 2003.
Des enfants regardent des dessins pour les sensibiliser aux dangers des mines

Selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), après des décennies de guerres et de conflits, l’Irak est devenu le pays le plus contaminé au monde en termes de mines et de restes explosifs de guerre. Ces armes ont été massivement utilisées lors de conflits internes, pendant la guerre avec l’Iran (1980-1988), la guerre du Golfe (1991) et l’intervention anglo-américaine en 2003.

Un rapport de l’UNICEF fait état de 25 millions de mines antipersonnel et anti-tanks qui contamineraient un pays qui compte 31 millions d’habitants. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont également déversé près de 20 millions de sous-munitions, sur l'Irak et le Koweït en 1991. En 2003, les États-Unis et le Royaume-Uni ont utilisé entre 1,8 et 2 millions de sous-munitions en seulement trois semaines.

  • Au moins 1 700 km² de terres sont contaminées par les mines et restes explosifs de guerre.
  • Au moins 1,6 million de personnes vivent sous la menace de ces armes.
  • Entre 2001 et 2011, plus de 20 000 victimes de mines et restes explosifs de guerre ont été recensées.
  • En 2011, 85% des victimes recensées étaient des civils, dont plus de 40% d’enfants.

La présence de mines, sous-munitions et autres restes explosifs de guerre impacte directement le développement du pays. 80 % des zones affectées au sud de l’Irak sont des terres agricoles appartenant souvent aux populations les plus pauvres qui n’ont pas d’autre moyen de subsistance. Pour  survivre, des paysans prennent donc le risque de pénétrer dans des zones minées. L’Irak a ratifié le Traité d’Ottawa contre les mines antipersonnel en 2007 et a signé celui d’Oslo contre les sous-munitions en 2009.

Pour aller plus loin

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?
X. Olleros - HI
Réadaptation

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?

A première vue, la réadaptation ne semble pas une cause attirante. Elle ne remplit pas d’estomacs affamés, elle ne vaccine aucune population et n'arrête pas les bombes. D’où la question : à quel point des soins de réadaptation physique de qualité et abordables sont-ils nécessaires ?

Catherine Stubbe : « C’est formidable de reconnaître les talents de quelqu’un »
© R. Colfs - Handicp International

Catherine Stubbe : « C’est formidable de reconnaître les talents de quelqu’un »

En août, Handicap International Belgique a accueilli sa nouvelle responsable RH, Catherine Stubbe. Après avoir travaillé pour la Croix-Rouge en Belgique et au Congo pendant dix ans, Catherine a dirigé nos programmes au Congo de 2012 à 2016, puis en Haïti au cours des trois dernières années.

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !