Accès direct au contenu

M. Azizullah, traducteur en langage de signes pour le Théâtre Mobile

Droits Insertion
Mr. Azizullah est le père de 4 enfants atteints de handicaps. Deux de ses enfants sont sourds, l’un est retardé mentalement et le dernier est atteint de malformations congénitales.
“Mes enfants et ma femme ont besoin de plus d’attention et d’amour que les autres”
Mr. Azizullah est le père de 4 enfants atteints de handicaps. Deux de ses enfants sont sourds, l’un est retardé mentalement et le dernier est atteint de malformations congénitales.

Pendant la période des Talibans, sa famille a été confrontée à un rejet total, tant de la part de sa propre famille que de la société. Sa femme surtout a beaucoup souffert des préjugés de son entourage et de la société.


« Cette période a été très dure pour nous tous, mais nous avons réussi à continuer à vivre. » Il y a dix ans, M. Azizullah a été présenté par la Shura, le Conseil du village, à une ONG active dans l’Education à la Santé. Il a été choisi par la Shura parce qu’à cette époque il était la seule personne du village à avoir une bonne éducation. Pendant quatre ans, il a travaillé comme volontaire pour cette organisation. « Ici j’ai appris ce qui pouvait être fait dans le domaine de l’éducation et de l’apprentissage pour mes enfants. Mes enfants ont fréquenté une école spéciale et ont appris le langage des signes ».
 
Par la suite, il a décidé de ne pas arrêter l’éducation à la santé dans les villages et a continué son travail.


Mr. Azizullah a créé une équipe de football qui comprenait des personnes handicapées et des personnes valides. "J’ai quatre enfants avec des handicaps et je sais ce que cela représente de n’être pas accepté. En créant cette équipe de football nous défendons le respect et l’acceptation d’autrui."

Pendant une formation, il comprit pour la première fois pourquoi ses enfants étaient handicapés. En parcourant l’arbre généalogique de sa famille, il a découvert que certains de ses ascendants étaient sourds. Pour la première fois, il avait accès à l’information sur le handicap, les causes, les symptômes, la prévention et la revalidation.

“Je suis heureux et plein de gratitude pour les formations et pour ce travail que j'effectue aujourd'hui. C'est pour moi bien plus qu'un travail. Je peux aussi partager avec d'autres familles mon expérience de père d'enfants handicapés. Je peux leur expliquer que les enfants et adultes handicapés peuvent être intégrés à l'école, dans les activités de la communauté… Qu'ils peuvent être des membres à part entière de la communauté. Nous devons agir ensemble et venir en aide aux deux millions de personnes qui souffrent d'oubli ou de rejet. Les personnes handicapées et les victimes de mines sont elles aussi des citoyens d'Afghanistan."

La vie de sa famille a changé depuis que ses enfants reçoivent une éducation. Son épouse suit des cours de littérature et reçoit désormais le respect dû à tous membres de la société.

Pour aller plus loin

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Interview : de l'Asie à HELASIA
© HI
Droits

Interview : de l'Asie à HELASIA

Fin février, Griet a déménagé à Addis Abbeba en Ethiopie, où elle va relever un nouveau défi pour Handicap International. Avant de partir, elle a répondu à quelques questions sur ses expériences en Asie et ce qu'il attend avec le projet HELASIA.

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droits Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle HI a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.