Accès direct au contenu

Plaidoyer pour le handicap au Parlement européen

Droits
Belgique
Alors que les élections européennes se profilent, les organisations internationales militant pour les droits des personnes handicapées ont organisé « Putting people first ». L’objectif de cet événement organisé le 23 janvier au Parlement européen est d’inciter les parlementaires à mieux prendre en compte la voix et les droits des personnes handicapées dans leurs politiques de développement. Avec succès : des députés de quatre groupes parlementaires en ont déjà pris l’engagement ferme.
Une personne handicappée en chaise

Alors que les élections européennes se profilent, les organisations internationales militant pour les droits des personnes handicapées ont organisé « Putting people first ». L’objectif de cet événement organisé le 23 janvier au Parlement européen est d’inciter les parlementaires à mieux prendre en compte la voix et les droits des personnes handicapées dans leurs politiques de développement. Avec succès : des députés de quatre groupes parlementaires en ont déjà pris l’engagement ferme.

Réunies au sein d’IDDC , les organisations actives dans le champ du handicap enjoignent les parlementaires européens à prendre un engagement ferme : celui de ne plus négliger la question du handicap dans les politiques de développement. Il est indispensable qu’elle soit systématiquement prise en compte pour permettre le respect des droits des personnes en situation de handicap partout dans le monde. Ne pas le faire revient à nier délibérément 15% de la population mondiale, dont environ 80% vivent dans les pays en voie de développement  !

« La question du handicap avait été la grande oubliée des Objectifs du Millénaire, qui s’achèvent en 2015, souligne Hildegarde Vansintjan, en charge du plaidoyer pour Handicap International. Dès maintenant, toutes les forces doivent être mises en commun pour réparer cette erreur historique dans le cadre de développement qui sera défini pour l’après 2015. L’appui du Parlement européen est donc essentiel. »

A l’évènement des députés de quatre groupes politiques ont souligné l’importance d’une telle déclaration.  Les députés Michael Cashman des Socialistes et Démocrates, Filip Kaczmarek du Parti Populaire Européen, Marian Harkin (Alliance des Démocrates et des Libéraux) et Bart Staes (des Verts) se sont engagés pour promouvoir cet engagement au sein du parlement, leur groupe et leur parti. « C’est la bonne cause. C’est important. C’est justement de cela qu’il s’agit », a déclaré Bart Staes à l’évènement.

Le belge Bart Staes a d’ailleurs déjà transmis la déclaration à chaque membre de son groupe pour qu’il la signe. Un appel qui a déjà été suivi par certains, parmi lesquels Eva Joly, qui préside la commission Développement.

Parmi les premiers signataires de la déclaration figure aussi l’ex commissaire européen chargé du Développement et de l'Aide humanitaire, Louis Michel, belge et libéral.

Handicap International et les autres membres de la coalition continueront à récolter la signature de Parlementaires jusqu’aux élections de mai pour qu’ils puissent travailler avec un parlement européen résolu à ce que la politique européenne de coopération soit inclusive des personnes handicapées. 


« Putting people first » : la déclaration

Si je suis élu lors des élections du Parlement Européen de 2014, je m’engage à:

  1. 1. Veiller à ce que les décisions du Parlement Européen se rapportant aux personnes handicapées, en particulier dans les pays en développement, sont conformes aux principes et obligations relatifs aux droits de l’Homme, en accord avec tous traités internationaux dans ce domaine.
  2. Veiller à ce que les décisions du Parlement Européen sont inclusives, et promeuvent activement l’inclusion des personnes handicapées dans tous les domaines, en particulier les domaines relatifs au développement et à l’aide humanitaire
  3. Défendre les droits des personnes handicapées au sein du Parlement Européen, de ma circonscription, de mon groupe politique, et de mon parti. Dans ce cadre, je soulignerai les contributions à la société effectuées par les personnes handicapées, afin de promouvoir le handicap comme partie intégrante de la diversité humaine.
  4. Soutenir le travail des Associations de Personnes Handicapées (APHs) et des Organisations Non Gouvernementales (ONGs) travailant dans le domaine du handicap et du développement en adressant ces sujets en séance plénière ou en commission, en posant des questions appropriées auprès des autres institutions européennes, et/ou en tablant des amendements en commission.
  5.  Rencontrer et me concerter régulièrement avec les APHs et les ONGs basées dans l’UE et dans les pays partenaires de l’UE lors de mes missions dans des pays non-européens, afin d’informer mon travail en tant que Membre du Parlement Européen.

 

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Visite royale chez Handicap International
Copyright: A. Bertels - HI

Visite royale chez Handicap International

La reine Mathilde s’est rendue mardi matin dans les bureaux de Handicap International à Bruxelles afin de rencontrer le directeur de l’organisation en Belgique, Erwin Telemans, ainsi que plusieurs collaborateurs. Ils ont échangé avec la souveraine sur le fonctionnement, la vision et les futurs projets de l’organisation dans plus de 60 pays, mais également ceux mis en place en 2020 pour venir en aide aux personnes handicapées durant la pandémie.

Education inclusive : besoin de plus de volonté politique
© Nicolas Axelrod-Ruom /HI
Insertion

Education inclusive : besoin de plus de volonté politique

L'égalité d'accès à une éducation de qualité est le quatrième des Objectifs de développement durable, des engagements globaux à atteindre d'ici 2030. À l’occasion de la conférence Educaid, nous avons demandé à Valentina Pomatto, responsable du plaidoyer pour le développement inclusif chez Handicap International, à quel point des progrès ont déjà été réalisés.

Rendre les soins de santé accessibles à tous
© Patrick Meinhardt / HI
Droits Réadaptation Santé

Rendre les soins de santé accessibles à tous

La crise engendrée par l’expansion de COVID-19 accentue l’exclusion des plus vulnérables, déjà confrontés à des difficultés d’accès aux soins de santé. Pourtant, cette accessibilité est plus importante que jamais.