Accès direct au contenu

Rwanda : les veuves du génocide

Santé
Rwanda
Les « veuves du génocide » ont  vu mourir leur mari, leurs enfants. Elles-mêmes ont été battues, violées. Aujourd’hui encore, elles sont souvent rejetées ou victimes d’abus. Madeleine, l’une de ces veuves, résume parfaitement la situation : « Mes voisins sont bien au courant que mon mari a été tué et que mon enfant est né d'un viol. Mais ils se sentent coupables du tort qu'on m'a fait et, pour cette raison, ils préfèrent m'ignorer. »
Un groupe de femmes bénéficiant du projet de santé mentale de HI au Rwanda

Les « veuves du génocide » ont  vu mourir leur mari, leurs enfants. Elles-mêmes ont été battues, violées. Aujourd’hui encore, elles sont souvent rejetées ou victimes d’abus. Madeleine, l’une de ces veuves, résume parfaitement la situation : « Mes voisins sont bien au courant que mon mari a été tué et que mon enfant est né d'un viol. Mais ils se sentent coupables du tort qu'on m'a fait et, pour cette raison, ils préfèrent m'ignorer. »

Handicap International et ses partenaires rwandais  organisent des groupes de partage, garantissent un soutien social et psychologique. Des groupes ouverts aussi bien aux victimes directes du génocide qu’aux femmes victimes de violence ou aux couples en crise à cause de cette même violence.

Marie Gaudaence, psychologue de Handicap International explique : « Dans les groupes de partage, nous abordons les problèmes quotidiens, mais, pour nous, c'est l’occasion idéale de voir qui a des difficultés plus profondes ou même des traumatismes et qui a donc besoin d'une aide plus spécifique. C’est possible dans ce que nous appelons des groupes de parole : il s'agit de groupes plus petits qui sont composés de femmes ayant le même problème. Beaucoup de ces femmes peinent par exemple à ressentir de l’affection pour les enfants issus de viol. Nous en discutons lors de ces groupes de parole. Parce que le seul fait qu'il existe des femmes qui osent admettre qu’elles ont ce problème aide. Il y a également des sessions individuelles pour les femmes ayant de graves traumatismes ou pour celles qui ne parviennent toujours pas à parler de ce qui leur est arrivé. »

Consolée

" Cœur du ménage, c'est le nom de notre groupe. Parce que nous voulons retrouver notre rôle dans la famille : le rôle de mère, le rôle de femme.  Les femmes ont intérêt à venir ici. Handicap International les accompagne, leur donne des conseils médicaux et leur montre comment elles peuvent acheter leurs médicaments si elles ont le VIH. Et je ne parle pas encore des avantages des entretiens thérapeutiques. Ceux-ci ont déjà permis à tant de femmes de retrouver leur joie de vivre et leur confiance en elles."
Consolée

© Wendy Huyghe

Madeleine

" Les blessures sont très profondes. Mais puisque maintenant je peux partager mes expériences avec des personnes ayant vécu la même chose et surtout grâce au soutien psychologique de Handicap International, petit à petit, mon cœur devient plus léger. La première fois que j'en ai parlé ici, j'ai eu des cauchemars pendant des semaines. Les images défilaient à nouveau devant mes yeux. Mais maintenant, au moins je peux regarder devant moi, sans avoir peur."

Madeleine

© Wendy Huyghe

Agnès

"Avant d'avoir fait la connaissance du groupe, j'avais peur d’aborder les autres. Je menais une vie retirée, plongée dans mes angoisses et ma peine. Quand j'ai pu raconter mon histoire ici pour la première fois, j'ai pleuré comme un bébé. Comme j'étais soulagée."

Agnes

© Wendy Huyghe

Victorine

 "Maintenant que la commémoration arrive, on parle un peu plus de ce qui s’est passé. Et la douleur se ravive avec ces témoignages. Je me fais également du souci pour mes enfants, qui ont été témoin de la mort de leur père. J'espère que la commémoration nous permettra à toutes de partager notre chagrin et de commémorer, toutes ensembles, nos bien-aimés, comme des êtres humains."

Victorine
© Wendy Huyghe

Pour aller plus loin

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.

Rendre les soins de santé accessibles à tous
© Patrick Meinhardt / HI
Droits Réadaptation Santé

Rendre les soins de santé accessibles à tous

La crise engendrée par l’expansion de COVID-19 accentue l’exclusion des plus vulnérables, déjà confrontés à des difficultés d’accès aux soins de santé. Pourtant, cette accessibilité est plus importante que jamais.