Accès direct au contenu

Sri Lanka : sport pour tous

Insertion
Sri Lanka
Une multitude de personnes, dont de grands noms du sport sri-lankais, se sont rassemblées sur les pelouses de Westminster House, à Colombo, au Sri Lanka, à l’occasion des Jeux de la Haute commission britannique organisés le 13 juillet dernier. Parmi la foule, onze personnes particulièrement enthousiastes savouraient une expérience qu’elles continueront encore longtemps d’évoquer.
une personne handicapée s'essaye au tir à l'arc

Blog publié par le Huffington Post, rédigé par Steve Harknett, Responsable de projet pour Handicap International au Sri Lanka.

Une multitude de personnes, dont de grands noms du sport sri-lankais, se sont rassemblées sur les pelouses de Westminster House, à Colombo, au Sri Lanka, à l’occasion des Jeux de la Haute commission britannique organisés le 13 juillet dernier. Parmi la foule, onze personnes particulièrement enthousiastes savouraient une expérience qu’elles continueront encore longtemps d’évoquer.

Une rencontre avec l’équipe olympique

Pour bon nombre d’entre elles, cela a constitué la toute première occasion de voyager en train, et ce huit heures durant, depuis leurs villages situés aux abords de la ville septentrionale de Vavuniya pour rejoindre Colombo, capitale aux lumières scintillantes. Elles ont ainsi eu l’occasion de converser avec des personnalités éminentes telles que le président du comité paralympique sri-lankais, amputé tout comme elles, ou avec des membres de l’équipe olympique de natation sri-lankaise. Elles ont fait la file pour rencontrer l’entraîneur national paralympique de badminton, qui leur a adressé quelques mots d’encouragement, tout en leur promettant de venir les entraîner à Vavuniya. Elles ont pu ainsi toucher les étoiles du bout des doigts.

Une foule en liesse

Autre grande première, ces personnes se sont essayées au tir à l’arc, la foule les acclamant à chaque fois qu’une flèche faisait mouche. L’organisateur de l’épreuve de natation, peu habitué qu’il était aux sports d’intégration pour personnes en situation de handicap, a été saisi d’effroi en voyant des personnes handicapées s’immerger avec délectation dans l’eau et y distraire la foule en réalisant des appuis renversés loin du bord du bassin. Il craignait qu’elles se noient.

Au quotidien, chacune de ces onze personnes vit avec un handicap et réalise ce dont je rêvais pour elles lorsque j’ai accepté cet emploi il ya un an : tenter quelque chose de nouveau, dépasser ses limites et sortir de sa zone de confort, pour finalement y réussir avec brio ! Imaginez-vous, vous êtes une personne handicapée originaire d’un petit village, debout sur les pelouses de la Haute commission britannique, applaudi par le public pour vos prouesses ! Vous rentreriez alors chez vous en racontant à tous vos amis avoir vu les gratte-ciels et les rues agitées de Colombo, serré la main de Monsieur l’Ambassadeur, reçu un certificat commémoratif de ses propres mains, et goûté à un plat étrange nommé «hamburger».

Beaucoup de sports sont pratiqués au Sri Lanka, mais les sports dits d’intégration, rassemblant indistinctement hommes, femmes et enfants, handicapés et valides, n’y trouvaient jusqu'à présent leur expression nulle part jusqu’à présent. C’était fort regrettable, sachant que le sport et les jeux ont cette faculté de casser les barrières et de susciter la compréhension mutuelle.

Grâce à un financement de l’Union Européenne, l’équipe de Handicap International au Sri Lanka a pu lancer un projet à Vavuniya et y faire participer 500 enfants handicapés et 1500 enfants valides, l’accent étant mis sur l’intégration des filles, ainsi que sur les jeunes et les entraîneurs sportifs.

Les sportifs du dimanche

Dans le cadre de ce projet, nous avons lancé la Pratique sportive du dimanche, qui rassemble ces enfants pour pratiquer des sports tels que le badminton, le basket, le karaté et le tennis de table. Les séances ont lieu sur des places publiques, et ce afin de multiplier les occasions de se côtoyer entre valides et moins valides. En l’espace d’un an, ces séances ont fait la preuve à la fois de leurs vertus sociales et pour la santé, et ont certainement contribué à améliorer le potentiel des enfants: quelques-uns parmi les amputés peuvent maintenant me battre au tennis de table et au badminton !

Sortir de l’ombre

Nous montrons que les personnes handicapées sont bel et bien présentes - elles ne vivent pas recluses dans l’ombre de la société. Nous voulons que ces personnes constatent leurs aptitudes et les valorisent par elles-mêmes. Chaque dimanche, de nombreux jeunes valides se présentent à ce rendez-vous sportif. L’expression de leurs visages est frappante au moment où ils constatent que leurs camarades amputés retirent leur jambe (artificielle) pour se reposer ou qu’un jeune garçon atteint du Syndrome de Down joue sur le terrain de basket – au départ, c’est la stupéfaction qui s’y lit, mais celle-ci s’estompe bien vite !

Tandis que j’écris cet article, nous nous apprêtons à recevoir la visite de la Fédération d’Handivolley, qui fait partie du Comité national Paralympique. Celle-ci organisera une séance d’entraînement sportif ici même, qui constituera de facto l’une des épreuves de sélection pour les Jeux Paralympiques de la Jeunesse qui se tiendront en Malaisie. Notre objectif est le suivant : promouvoir l’activité sportive dans les communautés locales. Mais si nous pouvions également servir de relais entre ces personnes handicapées et la communauté sportive internationale, ce serait formidable ! Le fait de pouvoir compter sur des personnes handicapées provenant des zones défavorisées et affectées la guerre du Nord du Sri Lanka pour représenter leur nation dans le domaine du sport, ce serait comme insuffler de l’espoir aux personnes vivant dans toute cette région. Je suis d’ailleurs convaincu que toutes les personnes avec lesquelles nous avons déjà collaboré vibreront à l’unisson des Jeux Olympiques et Paralympiques, témoignant ainsi d’un niveau d’ambition encore inégalé jusque-là.


Steve Harknett
Responsable de projet pour Handicap International au Sri Lanka

Le présent blog fait partie intégrante d’une série de publications conjointes du Huffington Post et d’InterAction (forum d’ONG) traitant des Jeux Olympiques de Londres 2012. Lisez l’article original sur le site du The Huffington Post

Pour aller plus loin

Education inclusive : besoin de plus de volonté politique
© Nicolas Axelrod-Ruom /HI
Insertion

Education inclusive : besoin de plus de volonté politique

L'égalité d'accès à une éducation de qualité est le quatrième des Objectifs de développement durable, des engagements globaux à atteindre d'ici 2030. À l’occasion de la conférence Educaid, nous avons demandé à Valentina Pomatto, responsable du plaidoyer pour le développement inclusif chez Handicap International, à quel point des progrès ont déjà été réalisés.

Mariam : « Je sensibilise les parents d’enfants handicapés »
© HI
Insertion

Mariam : « Je sensibilise les parents d’enfants handicapés »

Mariam a une fille handicapée, Oumou, 9 ans. Elle pensait que sa fille ne pourrait pas faire d’études. Aujourd’hui, elle sensibilise d’autres parents dans la même situation.

Amie apprend enfin à lire et à écrire
© J. McGeown / HI
Insertion

Amie apprend enfin à lire et à écrire

Amie, sept ans, est née avec un handicap physique. Aujourd’hui, elle peut enfin apprendre à lire et à écrire.