Go to main content

Thierry a reçu une nouvelle jambe pour aller à l'école

Insertion Réadaptation
Burundi
Au Burundi, aller à l'école quand on est un enfant handicapé, cela ne va pas forcément de de soi. Début  2011, une enquête des autorités burundaises avait permis d’identifier plusieurs dizaines d’enfants présentant des déficiences et qui pouvaient recouvrer tout ou partie de leurs capacités. Handicap International a pu venir en aide à 93 de ces enfants. Parmi eux, Thierry, un petit garçon de 9 ans.
Thierry assis derrière un banc avec 2 garçons

Au Burundi, aller à l'école quand on est un enfant handicapé, cela ne va pas forcément de de soi. Début  2011, une enquête des autorités burundaises avait permis d’identifier plusieurs dizaines d’enfants présentant des déficiences et qui pouvaient recouvrer tout ou partie de leurs capacités. Handicap International a pu venir en aide à 93 de ces enfants. Parmi eux, Thierry, un petit garçon de 9 ans.

Thierry Irakoze est né sans jambe gauche. Pendant des années, le petit garçon s’est débrouillé comme il le pouvait pour se déplacer, avec parfois des béquilles de fortune. Ses parents sont agriculteurs et peinent à élever Thierry, son frère et ses deux sœurs. La famille ayant à peine les moyens de vivre très modestement, les parents n'avaient pas l’argent nécessaire pour faire appareiller leur fils ainé.

Dans un premier temps, début 2013, Thierry a rencontré les équipes du centre de Gitega (Burundi), ont pu préparer son moignon pour l’appareillage. A force d'exercices de kinésithérapie, Thierry a renforcé ses muscles pour pouvoir utiliser sa future prothèse. Quelques semaines plus tard, il avait rendez-vous avec l'orthoprothésiste pour réaliser une prise d’empreinte,première étape pour fabriquer une prothèse qui soit parfaitement adaptée. Thierry était impatient de retourner ensuite au centre pour recevoir sa prothèse.

Après quelques jours d’adaptation, il est désormais très heureux de pouvoir vivre debout, de se déplacer. Car l'objectif final était de permettre à Thierry de pouvoir aller régulièrement à l'école. Aujourd'hui, il peut aller jusqu’à l’école primaire Makebuko, où il est en deuxième année. Ses parents sont également très fiers de voir leur petit garçon marcher avec les autres. Un petit garçon qui a décidé de saisir cette chance : il travaille beaucoup, parce qu’il rêve de devenir docteur.
 

 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.