Accès direct au contenu

Thierry a reçu une nouvelle jambe pour aller à l'école

Insertion Réadaptation
Burundi
Au Burundi, aller à l'école quand on est un enfant handicapé, cela ne va pas forcément de de soi. Début  2011, une enquête des autorités burundaises avait permis d’identifier plusieurs dizaines d’enfants présentant des déficiences et qui pouvaient recouvrer tout ou partie de leurs capacités. Handicap International a pu venir en aide à 93 de ces enfants. Parmi eux, Thierry, un petit garçon de 9 ans.
Thierry assis derrière un banc avec 2 garçons

Au Burundi, aller à l'école quand on est un enfant handicapé, cela ne va pas forcément de de soi. Début  2011, une enquête des autorités burundaises avait permis d’identifier plusieurs dizaines d’enfants présentant des déficiences et qui pouvaient recouvrer tout ou partie de leurs capacités. Handicap International a pu venir en aide à 93 de ces enfants. Parmi eux, Thierry, un petit garçon de 9 ans.

Thierry Irakoze est né sans jambe gauche. Pendant des années, le petit garçon s’est débrouillé comme il le pouvait pour se déplacer, avec parfois des béquilles de fortune. Ses parents sont agriculteurs et peinent à élever Thierry, son frère et ses deux sœurs. La famille ayant à peine les moyens de vivre très modestement, les parents n'avaient pas l’argent nécessaire pour faire appareiller leur fils ainé.

Dans un premier temps, début 2013, Thierry a rencontré les équipes du centre de Gitega (Burundi), ont pu préparer son moignon pour l’appareillage. A force d'exercices de kinésithérapie, Thierry a renforcé ses muscles pour pouvoir utiliser sa future prothèse. Quelques semaines plus tard, il avait rendez-vous avec l'orthoprothésiste pour réaliser une prise d’empreinte,première étape pour fabriquer une prothèse qui soit parfaitement adaptée. Thierry était impatient de retourner ensuite au centre pour recevoir sa prothèse.

Après quelques jours d’adaptation, il est désormais très heureux de pouvoir vivre debout, de se déplacer. Car l'objectif final était de permettre à Thierry de pouvoir aller régulièrement à l'école. Aujourd'hui, il peut aller jusqu’à l’école primaire Makebuko, où il est en deuxième année. Ses parents sont également très fiers de voir leur petit garçon marcher avec les autres. Un petit garçon qui a décidé de saisir cette chance : il travaille beaucoup, parce qu’il rêve de devenir docteur.
 

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.