Accès direct au contenu

Un nouvel élan à nos opérations de déminage au Congo

Mines et autres armes
République démocratique du Congo
Présente en République démocratique du Congo (RDC) depuis 1995, Handicap International vient de d’insuffler un nouvel élan aux opérations de déminage qu’elle menait jusqu’ici. L’association innove en RDC avec un dispositif « machine – chiens - hommes », à Mukwanyama près de Kisangani, pour retirer au plus vite les mines encore présentes.
L'équipe de déminage au travail

Présente en République démocratique du Congo (RDC) depuis 1995, Handicap International vient de d’insuffler un nouvel élan aux opérations de déminage qu’elle menait jusqu’ici. L’association innove en RDC avec un dispositif « machine – chiens - hommes », à Mukwanyama près de Kisangani, pour retirer au plus vite les mines encore présentes.

Cette méthode permet une dépollution des terres rapide et efficace dans l’une des provinces les plus affectées. Ces actions de déminage font suite au lancement par le gouvernement congolais, en mars 2013, d’une nouvelle enquête sur la contamination des mines et restes explosifs de guerre en pour avoir une cartographie exacte. Handicap International est un acteur majeur de la réalisation de cette étude. L’association a ainsi identifié 19 zones contaminées dans les provinces Orientale et de Maniema et mis en place rapidement des moyens nécessaires à la destruction des mines et restes explosifs de guerre présents.

Un dispositif de déminage complémentaire 

La machine blindée Minewolf prépare la zone à déminer en débroussaillant les terrains où la végétation est trop dense. Deux équipes composées chacune d’un maître-chien et d’un berger allemand interviennent ensuite. Ces chiens sont entraînés à reconnaître l’odeur des explosifs contenus dans les mines et engins de guerre non explosés. Leur intervention, sans aucun danger pour eux, permet de gagner 80% de temps de déminage. En RDC, les terres contiennent souvent une forte teneur en métal qui provoque le déclenchement intempestif des détecteurs de métaux. Contrairement aux détecteurs de métaux, qui « sonnent » même pour un objet en métal inoffensif, leur flair permet aux chiens de « marquer l’arrêt » à proximité de la moindre odeur de poudre. Leur maître marque alors la zone et fait appel à un démineur manuel pour sonder la zone et identifier l'objet.

Deux équipes de démineurs manuels alors finalisent le travail en vérifiant centimètre par centimètre la zone identifiée comme polluée.

Un procédé qui a fait ses preuves

Depuis près de 30 ans, Handicap International mène des actions de déminage humanitaire dans les pays affectés par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre. A travers ces actions, l’association permet aux populations de récupérer les terres dont elles ont besoin pour vivre. Au fil du temps, les méthodes de déminage ont évolué. Si le dispositif « machine – chiens – hommes » est nouveau en RDC, Handicap International l’a déjà utilisé auparavant notamment au Mozambique. Il a permis à l’association d’avancer rapidement sur le déminage : depuis 2007, Handicap International a ainsi dépollué plus de 12 millions de m². « Les chiens permettent de déminer plus rapidement de grandes superficies. Les chiens, les hommes et les machines font un travail bien distinct et leur complémentarité permet d'obtenir d'excellents résultats » témoigne Adérito Ismaël, chef des opérations de déminage au Mozambique.

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».

 

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.