Accès direct au contenu

“Vaincre Ebola ? Seulement en évitant sa transmission«

Urgence
Sierra Leone
Après avoir travaillé pour plusieurs organisations internationales, Julio Martinez a effectué une mission de trois mois avec Handicap International au Sierra Leone. Responsable de la prévention et du contrôle des infections, il revient sur les enjeux d’une mission très particulière.
man in beschermingskledij ontsmet een ambulance

Après avoir travaillé pour plusieurs organisations internationales, Julio Martinez a effectué une mission de trois mois avec Handicap International au Sierra Leone. Responsable de la prévention et du contrôle des infections, il revient sur les enjeux d’une mission très particulière.

« Lorsque je suis arrivé en Sierra Leone, j’ai commencé par travailler avec des organisations médicales prenant en charge des patients atteints par le virus Ebola. Ensuite, j’ai souhaité rejoindre Handicap International car j’avais envie de changer d’activité et de relever un nouveau défi. J’ai travaillé sur le projet « ambulances » de l’association : une plateforme de véhicules spécialement dédiés au transport de personnes porteuses du virus ou suspectées de l’être.

On n’insiste peut-être pas assez sur ce point, mais ce qui permet de vaincre le virus, ce n’est pas d’administrer un traitement – aucun n’existe réellement à ce jour – mais d’éviter sa transmission. Lorsque nous envoyons une ambulance chercher un patient susceptible d’être porteur du virus, c’est donc avant tout pour protéger ses proches en évitant une potentielle contamination. Bien sûr, le fait de l’accompagner rapidement vers un centre de prise en charge spécialisé augmentera ses chances de survie parce qu’il sera mieux alimenté et hydraté.

Mais même à ce stade, le plus important sera d’isoler le patient pour éviter la propagation du virus.

La confiance des habitants

C’est pour cette raison que j’ai souhaité rejoindre le projet « ambulances » de Handicap International. Pour apporter ma contribution à la lutte contre les infections de nouvelles personnes, et ce grâce à la mise en place de protocoles adaptés.

Nous avons notamment réorganisé l’ensemble de la plateforme où sont désinfectées les ambulances, ce qui a présenté de nombreuses difficultés puisque nous devions, en même temps, assurer la continuité du service. Au final les équipes ont fait un travail formidable et la plateforme n’a été fermée que durant six heures.

Nous avons aussi organisé une démonstration publique, une simulation d’intervention, afin de sensibiliser la population à l’importance d’appeler les numéros d’urgence pour que nous puissions intervenir rapidement auprès de toute personne présentant les symptômes du virus.

Nous avons montré comment, à chaque étape, nos protocoles permettent d’assurer la sécurité de tous et de réduire les risques de contamination. Nous voulions que les personnes nous fassent confiance, qu’elles collaborent avec nous et avec l’ensemble de ceux qui luttent contre le virus. Ce travail de sensibilisation est essentiel, et grâce à la vigilance et à l’engagement des populations nous arriverons à vaincre l’épidémie. »

Pour aller plus loin

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19
© Coalición LACRMD
Réadaptation Santé Urgence

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19

Face à la crise du covid-19, HI apporte un soutien aux vénézuéliens réfugiés en Colombie, pays qui compte près d’un million de personnes contaminées. Les conséquences de l’épidémie sont dramatiques.

 

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.