Accès direct au contenu

Y, premier bénéficiaire du projet « Welcome to Life »,

Santé
Vietnam
Le district montagneux de Ninh Hoa est l’un des plus pauvres de la province de Khanh Hoa, en partie peuplé par la minorité ethnique Ede. Anciens nomades sédentarisés depuis un siècle, les Ede vivent dans des conditions de dénuement extrême. En conséquence, la mortalité infantile y atteint le record de 4 % et le taux de malnutrition infantile y est de 20%.
Y pendant son hospitalisation
Le district montagneux de Ninh Hoa est l’un des plus pauvres de la province de Khanh Hoa, en partie peuplé par la minorité ethnique Ede. Anciens nomades sédentarisés depuis un siècle, les Ede vivent dans des conditions de dénuement extrême. En conséquence, la mortalité infantile y atteint le record de 4 % et le taux de malnutrition infantile y est de 20%.
Moteur de l’économie, les femmes sont particulièrement impliquées dans les travaux agricoles (café, riz, manioc), et ce même pendant leur grossesse, qui peut rarement atteindre son terme. La combinaison des mauvaises conditions d’accouchement et de la prématurité multiplie les risques de handicap pour le bébé.
Ainsi, le petit Y est né à la maison avec un mois d’avance. L’accouchement s’étant bien déroulé, sa jeune maman (22 ans) a pu immédiatement reprendre ses travaux et s’occuper du grand frère de Y, âgé d’un an. Cependant, Y pleurait anormalement, ne dormait pas, et refusait le sein.

Là, le pédiatre partenaire de Handicap International a constaté que Y souffrait d’hydrocéphalie, augmentation du liquide céphalo-rachidien qui comprime le cerveau, entraînant des céphalées insupportables, et des lésions définitives. En l’absence de soins, Y aurait été condamné à une vie très courte, végétative et martyrisante.
Le traitement de l’hydrocéphalie est avant tout chirurgical : il s’agit de placer un ‘shunt’, une dérivation qui permet au surplus de liquide de s’écouler dans l’estomac. La technique est connue au Viêt Nam, mais les shunts, européens, coûtent des milliers d’euros, ce que la famille de Y ne pourra économiser en une vie.
Une collaboration avec l’International Federation of Spina Bifida (IFSB), association basée à Bruxelles, a permis de résoudre ce problème : l’IFSB fournit gratuitement des shunts d’origine indienne, à moindre coût, et surtout les protocoles de placement et de suivi adaptés aux pays en voie de développement.

Y a donc pu être opéré et, depuis ce jeudi 25 mai, comme par miracle, il s’est arrêté de pleurer, dort bien, et s’alimente enfin. Un premier bilan neurologique est positif : pris en charge à temps, le cerveau de Y n’a pas subi de dommages irréversibles.
Y connaîtra donc les joies de l’enfance et une vie normale. Il devra juste être suivi pendant toute sa croissance. Les agents de santé et volontaires du réseau communautaire du projet « Welcome to Life », formés par Handicap International, surveilleront le bon fonctionnement du shunt, et référeront Y à l’hôpital en cas de problème.

 

Pour aller plus loin

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges
© HI
Santé

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges

Comment se portent les autres pays pendant la crise de Coronavirus ? Nous avons posé la question à trois de nos employés belges à l'étranger : Virna Marchesin, responsable de nos actions à Cuba, Martin Jacobs, expert en réhabilitation technique au Vietnam, et Youri Francx, coordinateur de nos opérations en Ouganda.*

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo
© Lukasz Kobus
Santé Urgence

Un pont aérien humanitaire relie la Belgique et le Congo

Trois vols humanitaires sont partis le week-end dernier de Belgique et de France à destination de la République démocratique du Congo avec à bord plus de 40 tonnes de matériel et 172 agents humanitaires prêts à s'angager dans la lutte contre le COVID-19. Ce pont aérien humanitaire est un bel exemple de coopération entre plusieurs organisations humanitaires - dont Handicap International - et l'Union Européenne.

COVID-19 au Rwanda : une aide alimentaire pour les enfants handicapés
© HI
Prévention Réadaptation Santé

COVID-19 au Rwanda : une aide alimentaire pour les enfants handicapés

"Grâce à l'aide alimentaire, ma petite fille ne risque pas de souffrir de malnutrition en plus de son handicap..." Ce sont les mots de Kapitolina, quelques semaines après avoir reçu l'aide alimentaire de Handicap International pour la première fois. L'aide alimentaire fait partie des mesures de soutien aux parents d'enfants handicapés. Ce soutien est fourni depuis 2018 et se poursuit pendant la période de confinament pour atténuer les effets négatifs du Covid-19 sur les familles.