Accès direct au contenu

Yolanda, diabétique, sortie d'une spirale infernale

Prévention Réadaptation
Philippines
À Davao City, aux Philippines, Yolanda, 52 ans, vit avec le diabète depuis 16 ans. Elle a découvert sa maladie suite à une perte de poids anormale. Dix ans après, elle a dû se résoudre à accepter l’amputation de sa jambe pour sauver sa vie, après s’être blessée au pied. En effet, l’une des complications fréquentes du diabète, couramment appelée le « pied diabétique », est liée à une blessure au pied qui s’infecte, entraînant un ulcère qui, non soigné, provoque une infection généralisée. Pour éviter la gangrène, le seul moyen est alors l’amputation.
Yolanda essaye sa prothèse en s'appuyant sur les barres parallèles

À Davao City, aux Philippines, Yolanda, 52 ans, vit avec le diabète depuis 16 ans. Elle a découvert sa maladie suite à une perte de poids anormale. Dix ans après, elle a dû se résoudre à accepter l’amputation de sa jambe pour sauver sa vie, après s’être blessée au pied. En effet, l’une des complications fréquentes du diabète, couramment appelée le « pied diabétique », est liée à une blessure au pied qui s’infecte, entraînant un ulcère qui, non soigné, provoque une infection généralisée. Pour éviter la gangrène, le seul moyen est alors l’amputation. L’exemple de sa mère, elle-même diabétique et amputée, l’a alors incitée à accepter cette ultime solution. Elle savait qu’il n’y avait pas d’autre alternative possible, que c’était une question de vie ou de mort.

La maladie de Yolanda a rapidement entraîné toute la famille dans une spirale infernale. Occupant un poste de comptable dans une petite entreprise, elle est la seule personne de la famille à avoir un emploi stable générant un revenu régulier. Avec sa mère, son mari et trois enfants à charge, son salaire ne suffit guère à faire vivre tout le monde et à faire face aux dépenses générées par la maladie.

Vivre avec le diabète est difficile pour les personnes pauvres. Les risques liés à la maladie sont décuplés par le manque d’accès aux médicaments, aux soins et aux consultations. Yolanda doit prendre un traitement oral mais les médicaments coûtent cher. Il lui faut aussi contrôler régulièrement sa glycémie, ce qui l’oblige à jongler entre les visites médicales et son travail. Elle n’a pu assister qu’une seule fois à un groupe de paroles réunissant des personnes diabétiques. Ces réunions sont organisées par Handicap International pour permettre aux malades d’échanger des informations utiles et d’apprendre à mieux vivre avec le diabète.

Aujourd’hui, Yolanda a désespérément besoin d’une nouvelle prothèse[1], plus légère et mieux adaptée. Celle-ci lui permettra d’éviter de nouvelles blessures et de rester active. Encore quelques séances d’essayage et la vie lui semblera un peu plus facile.



[1]Handicap International assure un support technique à la Davao Jubilee Fundation, qui effectue les appareillages.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».