Accès direct au contenu

Crise humanitaire en Irak : nos actions

Urgence
Irak
En juin 2014, les équipes de Handicap International ont lancé un projet pour les plus vulnérables parmi les pupulations déplacées dans le Nord de l'Irak. Depuis l'aggravation des combats en août, l'organisation a encore accru les moyens nécessaires pour offrir une réponse adaptée  aux conditions particulièrement précaires dans la région.
Une équipe de Handicap International donne une chaise roulante à un réfugié, près d'une tente dans un camp

En juin 2014, les équipes de Handicap International ont lancé un projet pour les plus vulnérables parmi les pupulations déplacées dans le Nord de l'Irak. Depuis l'aggravation des combats en août, l'organisation a encore accru les moyens nécessaires pour offrir une réponse adaptée  aux conditions particulièrement précaires dans la région.

Les combats dans le nord et l'ouest de l'Irak ont entrainé d'importantes vagues de déplacements de la population, principalement en direction du Kurdistan (gouvernorats de Dohuk et Erbil). En juin 2014, les déplacements internes de populations ont atteint un premier pic après la prise de la ville de Mossoul. 

Pour répondre aux besoins humanitaires, Handicap International a lancé un projet mettant l'accent sur l'aide aux plus vulnérables parmi les personnes déplacées : les blessés, les personnes handicapées ou souffrant de maladie chronique.

Les combats se sont à nouveau intensifiés au début du mois d’août avec l'engagement direct des combattants kurdes – Peshmerga, frappes américaines). Cette évolution et le déplacement des lignes de front ont entrainé de nouvelles vagues de déplacements, et ont contraint des populations déjà déplacées, à fuir à nouveau pour s’éloigner des combats. Face à ces dégradations successives de la situation humanitaire, Handicap International déploie actuellement des moyens supplémentaires pour accroître le volume de ses opérations.

L'aide de Handicap International aux personnes déplacées

Des équipes mobiles assurent l'accès aux soins

Des équipes mobiles (kinésithérapeutes, responsables de l’identification et du référencement des personnes vulnérables) sont déployées sur les gouvernorats de Dohuk (7 personnes)  et Erbil (6 personnes). Elles interviennent dans les camps de déplacés et les zones urbaines pour s’assurer que les personnes les plus vulnérables ne se trouvent pas privées des soins et services dont elles ont besoin.

A la fin du mois d’août, les équipes de Handicap International ont identifié plus de 600 personnes en situation de grande vulnérabilité.

Parmi les personnes identifiées, celles qui ne peuvent se rendre seules vers les structures de soins sont ensuite transportées par les équipes de Handicap International auprès d’institutions partenaires (centres pour enfants handicapés, ateliers d’orthoprothésie, services de pédiatrie, centres pour personnes diabétiques…).

Des aides à la mobilité sont également distribuées (78 fauteuils roulants notamment, mais également des aides à la marche, et du matériel adapté pour favoriser le confort des personnes blessées ou souffrant d’un handicap). Handicap International travaille actuellement à la mise en place de solutions pour rétablir des circuits d’approvisionnement pour ces aides, en rupture de stock dans de nombreuses structures.

Enfin, Handicap International fournit un support technique aux autres acteurs humanitaires dont les agences des Nations unies, pour garantir l’inclusion des personnes handicapées et vulnérables à la réponse humanitaire et l’accessibilité des infrastructures mises en place.

Les chiffres derrière l'urgence

  • Entre janvier et août 2014, l'IOM (International Organization for Migration) a enregistré 1,3 million de déplacés internes en Irak.
  • 400.000 personnes déplacées ont cherché refuge dans des camps, des écoles, des bâtiments en construction et d'autres lieux urbains (comme les églises), principalement dans les égions de Dohuk et d'Erbil. .
  • Le même nombre de personnes, 1,3 million, étaient déjà déplacées dans le pays en raison d’événements antérieurs (depuis 2006 notamment).
  • Environ 215.000 Syriens ont aussi fui en Irak, dont 200.000 dans les villes de Dohuk et Erbil.

Handicap International en Irak : une longue histoire

L’association est présente en Irak depuis 1992, quasiment sans interruption. Au cours des dernières années nos équipes sont intervenues pour améliorer l’intégration et les conditions de vie des personnes handicapées (accès aux services et aux soins, reconnaissance de leurs droits…) et pour lutter contre les accidents liés à la présence de restes explosifs de guerre.
Depuis mai 2014, nos équipes interviennent également auprès des réfugiés syriens, et depuis juin 2014 auprès des déplacés irakiens.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.