Accès direct au contenu

Didier, un Belge au Vietnam

Réadaptation
Vietnam
Didier Demey a rejoint Handicap International il y a 18 ans. En poste à Hanoï depuis deux ans et demi, ce Belge est notre directeur de programme au Vietnam. Il évoque son travail à l'occasion de son passage en Belgique.
Une petite fille assise sur une table fait des exercices, son bras levé soutenu par un adulte. Elle est entourée par d'autres adultes qui l'observent

Didier Demey a rejoint Handicap International il y a 18 ans. En poste à Hanoï depuis deux ans et demi, ce Belge est notre directeur de programme au Vietnam. Il évoque son travail à l'occasion de son passage en Belgique.

Quels sont les projets en cours au Vietnam ?

En ce moment, nos actions au Vietnam se concentrent exclusivement sur la revalidation : nous sommes présents dans dix hôpitaux (bientôt 15), où nous aidons des personnes handicapées dans leur réadaptation. En effet, si ces personnes apprennent à devenir plus autonomes et développent de nouvelles compétences, elles pourront davantage participer aux activités du quotidien. C’est notre objectif.

Les mines antipersonnel sont-elles encore une cause importante de handicaps au Vietnam ?

Non. Nos patients sont généralement des accidentés de la route et des personnes atteintes de malformations congénitales ou de lésions cérébrales. Les mines et autres engins non explosés font encore chaque année quelques dizaines de victimes, mais ils sont loin d’être la principale cause de handicaps.

Et pour l'avenir ?

Nous allons poursuivre le projet actuel et, comme je le disais, collaborer avec cinq hôpitaux supplémentaires. Ce projet continuera certainement jusqu’en 2023, ce qui nous laisse suffisamment de temps pour accompagner le personnel local. Ensuite, Handicap International quittera probablement le Vietnam.

Que penses-tu de ton travail au Vietnam ?

Je suis kinésithérapeute de formation, ce qui fait que je me suis toujours intéressé à la réadaptation. Mais mon rôle de directeur de programme implique bien plus que cela : je dois aussi gérer les relations entre collègues ainsi que les aspects logistiques et financiers... Et ça me plaît ! Nous pouvons compter sur des moyens adaptés et des partenaires fiables, ce qui nous permet de fournir un travail de grande qualité.
L’environnement de travail est donc très stimulant. Le Vietnam s’est aussi fort développé ces dernières années. Les Vietnamiens peuvent ainsi compter sur un régime d’assurance relativement bon, mais la qualité des soins médicaux laisse encore à désirer. Dans ce domaine, il y a un grand besoin de connaissances. Il s’agit d’un contexte très particulier, mais c’est justement ce qui rend mon
travail si intéressant !

Pour aller plus loin

COVID-19 au Rwanda : une aide alimentaire pour les enfants handicapés
© HI
Prévention Réadaptation Santé

COVID-19 au Rwanda : une aide alimentaire pour les enfants handicapés

"Grâce à l'aide alimentaire, ma petite fille ne risque pas de souffrir de malnutrition en plus de son handicap..." Ce sont les mots de Kapitolina, quelques semaines après avoir reçu l'aide alimentaire de Handicap International pour la première fois. L'aide alimentaire fait partie des mesures de soutien aux parents d'enfants handicapés. Ce soutien est fourni depuis 2018 et se poursuit pendant la période de confinament pour atténuer les effets négatifs du Covid-19 sur les familles.


 

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.