Go to main content

Ebola : un Belge attentif aux plus vulnérables

Urgence
Libéria Sierra Leone
Plusieurs millions de personnes handicapées vivent dans les trois pays les plus touchés par l’épidémie de virus Ebola (Guinée, Sierra Léone, Libéria). Bruno Leclercq, un Belge, est directeur de programme sur place. Il souligne à quel point les personnes vulnérables ont besoin d'aide pour surmonter cette crise.
Etenswaar ligt gestapeld in zakken, bidons en blikken om te verdelen aan de mensen die in Sierra Leone door het ebolavirus zijn getroffen.

Plusieurs millions de personnes handicapées vivent dans les trois pays les plus touchés par l’épidémie de virus Ebola (Guinée, Sierra Léone, Libéria). Bruno Leclercq, un Belge, est directeur de programme sur place. Il souligne à quel point les personnes vulnérables ont besoin d'aide pour surmonter cette crise.

Handicap International, présente en Sierra Léone et au Libéria, se mobilise pour aider les personnes vulnérables, dont les personnes handicapées, à traverser la terrible épreuve que représente cette épidémie sans précédent de virus Ebola. «En Sierra Leone, par exemple, nous restons  en contact avec 1 500 enfants handicapés, explique Bruno Leclercq, Directeur des programmes de Handicap International au Libéria et en Sierra Léone.

De la prévention par téléphone

"Avant l’épidémie, nous avions identifié ces enfants et leur avons permis d’accéder à l’école. Aujourd’hui, alors que les écoles sont fermées,  nos équipes restent en contact avec les  familles, veillant à ce que tous soient bien informés des mesures de prévention contre les risques de contamination. Accéder à des soins est devenu très compliqué : la plupart des centres de santé ou de réadaptation physique sont fermés et  des  zones entières sont mises en quarantaines, rendant les transports difficiles… »

Bruno évoque ensuite la situation d'un père et de son fils, tous deux handicapés et qui, en raison de leur état de santé et de leur précarité financière, risquent de ne pas recevoir les messages de prévention. « Nous suivons ainsi Emmanuel James, un garçon de 14 ans, qui vit avec son père, lui aussi handicapé. Le père d’Emmanuel est forgeron mais ne peut plus vivre de son travail, qui dépendait des mouvements de population à la frontière du pays, une frontière aujourd’hui  fermée. Emmanuel lui, ne peut plus se rendre à l’école ni même écouter les cours dispensée à la radio ca son père n’a pas les moyens d’en acheter une. Nous contactons donc Emmanuel et son père par téléphone pour nous assurer qu’ils sont bien informés des choses à faire et à ne pas faire pour éviter de s’exposer au virus. »

Distribution de nourriture par Handicap International

« Mais pour lui comme pour des milliers d’autres, les conséquences de l’épidémie vont bien au-delà du risque de contamination. Pour certaines familles, c’est tout simplement l’accès à la nourriture, ou à des biens de première nécessité comme le savon qui devient problématique."

Bruno ajoute:"C’est l’ensemble des structures économiques et sociales de ces pays qui sont affectées par la crise. Les  conséquences sont  catastrophiques  pour l’ensemble de la population,  et à plus forte raison pour les personnes handicapées ou souffrant de  malades chroniques. Au mois de septembre dernier, toute la population a été invitée à rester à la maison, pour permettre une sensibilisation systématique de tous les foyers. Justifiée sur le plan sanitaire, cette mesure a été durement ressentie par nombre de familles  vivant au jour le jour, incapables de prévoir de la nourriture pour trois jours. Nous avons donc procédé à de la distribution de nourriture à des communautés de personnes handicapées à Freetown et Kono. Malheureusement, aujourd’hui nous en sommes arrivés à ce degré d’urgence."

Une attention pour les plus vulnérables

Toujours en Sierra Léone, Handicap International a mis en place une cellule technique « handicap et inclusion » afin de garantir que la réponse humanitaire, actuellement mise en œuvre par de nombreux acteurs,  touche tout le monde, y compris les personnes les plus vulnérables. Handicap International a également entamé une évaluation des besoins des personnes handicapées dans les huit districts où l’association est présente, et s’apprête à lancer, début novembre, une importante campagne de sensibilisation à l’échelle nationale, ciblée vers les personnes vulnérables. « Ces personnes  ne reçoivent souvent pas les messages des  campagnes de prévention, et elles risquent de ne pas adapter les comportements adéquats, essentiels pour arrêter la propagation de l’épidémie, explique Bruno Leclercq. »

Acht maanden na de uitbraak (maart 2014) heeft het ebolavirus meer dan 10.000 mensen besmet (bevestigde en vermoedelijke gevallen) en heeft het aan bijna 5.000 mensen het leven gekost [2]. Het virus is nog steeds niet onder controle en zou zich in de komende maanden, door een gebrek aan vaccin of remedie, wel eens exponentieel kunnen verspreiden als men niet zeer snel meer middelen vrijmaakt.

Huit mois après son apparition (en mars dernier) l’épidémie de fièvre Ebola a infecté plus de 10 000 personnes (cas confirmés et suspectées) et entrainé la mort de près de 5 000 d’entre elles[1]. Toujours hors de contrôle, et en l’absence de vaccin ou de remède, la propagation du virus pourrait être exponentielle dans les mois à venir si des moyens supplémentaires ne sont pas déployés très rapidement.

[1] WHO: Ebola Response Roadmap Situation Report Update (25 octobre 2014)

Pour aller plus loin

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

Handicap International aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

Handicap International aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.