Accès direct au contenu

Face à l’urgence humanitaire

Née dans un contexte d’urgence auprès des réfugiés cambodgiens, Handicap International a toujours répondu présente pour les victimes de crises humanitaires, qu’elles soient consécutives à des conflits ou à des catastrophes naturelles. Lors de crises, elle intervient auprès des populations déplacées, réfugiées ou sinistrées en portant une attention particulière aux personnes handicapées et vulnérables. 
foto van een medewerker van handicap international

Née dans un contexte d’urgence auprès des réfugiés cambodgiens, Handicap International a toujours répondu présente pour les victimes de crises humanitaires, qu’elles soient consécutives à des conflits ou à des catastrophes naturelles. Lors de crises, elle intervient auprès des populations déplacées, réfugiées ou sinistrées en portant une attention particulière aux personnes handicapées et vulnérables. 

Des soins post-traumatiques à l’organisation des secours, en passant par la gestion des camps ou la couverture des besoins de base, elle met en œuvre un dispositif global et intégré à l’attention des blessés et des plus fragiles. Une fois l’urgence passée, elle travaille avec les acteurs locaux, les associations et les pouvoirs publics pour que les personnes handicapées soient réellement prises en compte dans la phase de reconstruction qui suivra.

Une responsabilité particulière envers les plus fragiles 

Depuis sa création, Handicap International s’est engagée à veiller sur les personnes les plus fragiles. Lors d’une crise, celles-ci deviennent particulièrement vulnérables et risquent d’être oubliées, voire exclues de l’aide humanitaire, déjà débordée. Personnes handicapées, personnes âgées ou femmes enceintes isolées ont souvent des difficultés à se déplacer et à se faire entendre. Il est de la responsabilité de Handicap International d’apporter à ces populations une attention toute particulière. L’un des premiers rôles de l’association est de les localiser puis d’identifier leurs besoins spécifiques. C’est pourquoi elle a créé les « relais Handicap et Vulnérabilité », des équipes mobiles déployées au sein des communautés ou des camps pour référencer ces personnes et s’assurer qu’elles soient correctement prises en charge sur le court et le long termes. Pour contribuer à la satisfaction de leur besoins de base, l’association leur apporte directement son aide -distribution de matériel de base, de kits de survie, de nourriture ou d’eau, soins de réadaptation…- ou les oriente vers les structures appropriées : autres ONG partenaires, Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, services médicaux locaux, autorités locales compétentes etc.

Faire face aux traumatismes

Dans l’urgence, Handicap International déploie tout son savoir-faire en réadaptation fonctionnelle afin de fournir aux personnes blessées des soins post-traumatiques en kinésithérapie et ergothérapie, ainsi que des services orthopédiques (aides techniques et appareillages provisoires).

Pour prévenir les séquelles invalidantes des blessures, la prise en charge doit être la plus rapide possible, et la réactivité s’impose comme une condition de la réussite de cette réponse.
Au-delà des blessures physiques, le traumatisme engendre souvent des séquelles psychologiques et des difficultés à retrouver sa place au sein de la société. Pour atténuer cet impact, les équipes d’urgence proposent également un soutien psychosocial aux individus en souffrance et à leurs familles. Cette expertise, acquise depuis plus de 20 ans, prévient l’apparition de séquelles psychologiques lourdes et handicapantes sur le long terme.

Conjuguer urgence et développement

Anticiper les risques à venir
Lors de catastrophes naturelles, les plus vulnérables, en particulier les personnes handicapées ne sont pas ou peu pris en compte dans les plans d’évacuation, qui devraient pourtant les cibler en priorité.
Pour pallier ce déficit de prise en charge, l’association développe des projets de « préparation aux risques des catastrophes naturelles ». Le principe : identifier les secteurs à risque, déterminer les personnes ressources à mobiliser en cas de nouveau désastre, recenser les voies d’accès et les moyens logistiques disponibles, constituer des stocks de matériel… Ce diagnostic s’établit de façon conjointe avec les acteurs régionaux et les communautés. En particulier, Handicap International encourage la participation des personnes handicapées à la préparation des catastrophes, pour faciliter la prise de conscience de leur présence et de leurs besoins spécifiques dès les premiers instants de la crise.

Reconstruire

Dès l’urgence passée, Handicap International intervient dans le processus de reconstruction pour que les populations affectées retrouvent des conditions de vie décentes, notamment un logement sûr et accessible. Lorsque cela est nécessaire, l’association contribue également à la réouverture des routes d'accès ou à la reconstruction d’infrastructures pour s'assurer que l'aide atteigne les populations isolées ou déplacées.

Pérenniser les services de réadaptation 

Afin de favoriser la prise en charge des populations handicapées, les équipes qui interviennent en phase d’urgence veillent à la pérennisation des services de réadaptation sur le moyen et le long termes. Le succès de la démarche repose sur la coopération avec les associations et les structures nationales de santé et sur un travail de fond au sein des communautés affectées, notamment d’identification et de suivi des patients dans la durée.

Quelles que soient les crises ou les pays concernés, Handicap International inscrit son action dans la durée pour que les acteurs nationaux se renforcent et gèrent, à terme, en toute autonomie, les services déployés par l’association au moment de l’urgence. C’est lors de cette phase que s’opère la transition entre les équipes d’action d’urgence de Handicap International et les équipes d’action de développement qui accompagneront les communautés et les autorités durant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?