Accès direct au contenu

Handicap International appelle le président Obama à interdire les mines antipersonnel

Mines et autres armes
Selon le Traité d'Ottawa, l'interdiction des mines antipersonnel est entrée en vigueur au 1er mars 1999. Les mines, qui dans 85 % des cas frappent des civils, ont déjà fait plus de 500 000 victimes dans le monde. Handicap International appelle le Président Obama et son administration à suivre l'exemple des 156 États qui ont déjà adopté cette interdiction. S'ils accèdent au traité d'Ottawa, les États-Unis peuvent donner un élan décisif en faveur d'un monde sans mines.
Victimes de mines

Dix ans après l’interdiction des mines antipersonnel, un changement est-il possible ?


Selon le Traité d'Ottawa, l'interdiction des mines antipersonnel est entrée en vigueur au 1er mars 1999. Les mines, qui dans 85 % des cas frappent des civils, ont déjà fait plus de 500 000 victimes dans le monde. Handicap International appelle le Président Obama et son administration à suivre l'exemple des 156 États qui ont déjà adopté cette interdiction. S'ils accèdent au traité d'Ottawa, les États-Unis peuvent donner un élan décisif en faveur d'un monde sans mines.

Les mines antipersonnel sont des armes redoutables qui ne sont plus utilisées que par le Myanmar, la Russie et certains groupes armés. Un monde sans mines est possible, mais pour cela, l’appui des États-Unis est crucial, a déclaré Stan Brabant, responsable de l’Unité politique de Handicap International. Depuis la Guerre du Golfe en 1991, les États-Unis n'utilisent plus de mines antipersonnel et tous leurs alliés ont, eux, signé le Traité d'Ottawa. Handicap International demande au Président Obama et à son administration de contribuer au changement dans le domaine du désarmement en adoptant officiellement le Traité d'Ottawa. Nous savons qu'aux Etats-Unis, bon nombre de personnes sont favorables à ce traité pour lequel Handicap International et la campagne contre les mines antipersonnel (ICBL) ont reçu le prix Nobel de la paix en 1997. Comme pas moins de 156 États (80 % du monde) ont déjà ratifié le Traité d'Ottawa, sa signature par les États-Unis donnerait un élan décisif en faveur de la disparition complète des mines antipersonnel.

Actuellement, les États-Unis possèdent encore 10,4 millions de mines antipersonnel, soit le troisième plus grand stock après ceux de la Chine et de la Russie. Pourtant, les États-Unis sont le plus grand donateur pour les projets relatifs aux mines antipersonnel (déminage, aide aux victimes et sensibilisation des communautés aux dangers des mines). En ratifiant le traité, les États-Unis traduiraient cet engagement sur le plan politique.

Le traité d'Ottawa a déjà fait une différence pour de nombreux pays où les mines ont été retirées. Depuis 1997, 42 millions de mines antipersonnel ont été détruites. Sur les 50 pays qui fabriquaient des mines au début des années 1990, seuls 13 n’ont pas encore formellement renoncé à la production de mines. Si aujourd'hui le commerce de ces armes est quasiment à l'arrêt, c'est grâce aux fortes pressions exercées par les organisations non gouvernementales (ONG) à la suite du traité historique conclu voici dix ans. Il est nécessaire d'encore renforcer le soutien accordé aux victimes de mines. Au travers de projets menés sur quatre continents, Handicap International s'attache également à la réintégration des victimes de mines antipersonnel au sein de leur communauté.

Pour aller plus loin

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droits Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle HI a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?
© Handicap International
Mines et autres armes

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?

Voilà déjà cinq ans que Handicap International alerte le grand public et les dirigeants du monde entier sur les ravages causés par l’utilisation des armes explosives en zone peuplée. Alma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur le désarmement, nous explique pourquoi ce combat est important.