Accès direct au contenu

La force de surmonter son handicap

Réadaptation
Vietnam
Lors de notre voyage dans la province Khanh Hoa, nous sommes arrivés dans le district de Dien Khanh, où nous avons pu rendre visite à Mr Nguyen Anh Quoc – 28 ans- un autre bénéficiaire du programme RBC.
Portrait de Mr Quoc et sa mère dans le jardin

Lors de notre voyage dans la province Khanh Hoa, nous sommes arrivés dans le district de Dien Khanh, où nous avons pu rendre visite à Mr Nguyen Anh Quoc – 28 ans- un autre bénéficiaire du programme RBC.

La vie n’a pas été tendre avec sa famille. Mr Quoc est l’aîné de trois enfants. Depuis qu’il a 11 mois, il doit vivre avec des séquelles de la poliomyélite, cette maladie infectieuse entrainant une paralysie des membres inférieurs. Son frère est décédé des suites de complications aux reins et sa plus jeune sœur travaille maintenant dans une compagnie pharmaceutique afin d’aider sa mère à nourrir toute la famille.

Mais les agents communautaires de notre programme RBC ont permis d’amener des changements dans sa vie. Nguyen Anh Quoc a pu circuler dans le village grâce aux prothèses et à la chaise roulante financés par le programme. Puis, surmontant le sentiment d’infériorité dû à son handicap et aux moqueries de ses plus jeunes camarades de classe, Quoc a décidé d’aller à l’école à l’âge de 14 ans, qu’il a quittée après avoir fini son niveau secondaire.

Conscient du fait qu’il doit prendre soin de lui et de sa famille quelles que soient les conditions, il a fait d’énormes efforts pour suivre des cours afin de devenir tailleur. Il les a terminés en décembre 2008, avec le soutien des associations du district de Dien Khanh. Aujourd’hui, Quoc aimerait avoir un travail plus stable, dans une entreprise de vêtements, afin d’aider sa mère. En effet, depuis que le père de Quoc est décédé il y a deux ans, sa mère doit travailler très dur à la ferme afin de prendre soin de son fils aîné.

Nous étions heureux des changements positifs intervenus dans le quotidien des bénéficiaires, depuis l’apparence de leur maison à leur qualité de vie. Ceci témoigne de la réussite du projet pour les personnes en situation de handicap et pour l’inclusion locale, même après la fin du projet RBC. Ici aussi, en dépit des défis qu’ils doivent encore relever, la mère comme le fils ont un sourire extraordinaire sur leur visage, et une foi profonde en leur avenir.

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».