Accès direct au contenu

Le défi des nouveaux Ban Advocates au Laos

Mines et autres armes
Laos
Le projet « Ban Advocates » a été lancé par Handicap International en 2007. Les Ban Advocates sont des victimes directes ou indirectes d’armes à sous munitions, qui plaident pour la signature, la ratification et la mise en place de la Convention sur les armes à sous-munitions (Traité d’Oslo). Non seulement le Laos est le pays au monde le plus affecté par ces armes, mais il va se tenir à Vientiane, la capitale, en novembre prochain la première conférence rassemblant les Etats parties signataires au Traité. Dans ce contexte, il était essentiel qu’un groupe de victimes d’armes à sous munitions soit constitué dans ce pays et fasse entendre sa voix.
Le défi des nouveaux Ban Advocates au Laos
Le projet « Ban Advocates » a été lancé par Handicap International en 2007. Les Ban Advocates sont des victimes directes ou indirectes d’armes à sous munitions, qui plaident pour la signature, la ratification et la mise en place de la Convention sur les armes à sous-munitions (Traité d’Oslo). Non seulement le Laos est le pays au monde le plus affecté par ces armes, mais il va se tenir à Vientiane, la capitale, en novembre prochain la première conférence rassemblant les Etats parties signataires au Traité. Dans ce contexte, il était essentiel qu’un groupe de victimes d’armes à sous munitions soit constitué dans ce pays et fasse entendre sa voix.
 
Huit victimes d’armes à sous-munitions (accompagnées ou non par un membre de leur famille) ont suivi en janvier une formation à Vientiane. Le groupe était composé de personnes originaires des régions les plus affectées du pays, à plusieurs heures de route de la capitale, jusqu’alors inconnue pour certains d’entre eux. Deux autres Ban Advocates du Vietnam et du Cambodge les ont rejoints pour échanger leurs expériences et apporter leurs conseils.

Au début, le groupe était un peu intimidé. Ponesavath par exemple était fort renfermé et triste. Il est âgé de 17 ans. Deux ans plus tôt, il a perdu ses bras et il est devenu aveugle à cause d’une sous-munition. Il s’agit maintenant d’un défi énorme pour lui. Mais jour après jour, on le voit revivre. Au contact des autres victimes, il retrouve même le sourire. Tout comme les autres participants, il a pris conscience au bout de la semaine qu’il peut encore jouer un rôle avec sa voix, son sourire et son histoire.

Le plus difficile est arrivé à la fin de la semaine : prendre la parole en public. Pendant la formation, les nouveaux Ban Advocates ont appris comment exprimer leur propre histoire et comment communiquer des messages forts, pour que leurs voix soient entendues et prises en compte. Chacun à leur tour, ils ont raconté leur histoire face au public (et souvent pour la première fois !). Un succès. 

Un succès important alors que le Laos a signé et ratifié le Traité d’Oslo. Les Ban Advocates pourront jouer un rôle essentiel : s’assurer que l’aide aux victimes (prévue par la Convention) devienne réalité. Ceci est primordial dans un pays comme le Laos, où la majorité de la population ne connaît pas les droits accordés aux victimes. Cela doit aussi permettre au gouvernement laotien de développer un plan d’action prenant en considération les besoins réels de ces victimes. Les Ban Advocates laotiens, a partir de leur expérience personnelle, contribueront ainsi à améliorer les conditions de vie des personnes ayant eu leur vie bouleversée à cause de l’explosion d’une sous-munition et de leur famille.

Prendre la parole en public n’est pas chose aisée. Un des défis a donc été de donner à nos partenaires laotiens les moyens d’exprimer au mieux leur propre histoire et de communiquer des messages forts, pour que leurs voix soient entendues et prises en compte par les dirigeants des Etats. Ceci est primordial dans un pays comme le Laos, où la majorité de la population ne connaît pas les droits accordés aux victimes. Cela doit aussi permettre au gouvernement laotien de développer un plan d’action prenant en considération les besoins réels de ces victimes. Les Ban Advocates laotiens, a partir de leur expérience personnelle, contribueront ainsi à améliorer les conditions de vie des personnes ayant eu leur vie bouleversée à cause de l’explosion d’une sous-munition et de leur famille.

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.