Accès direct au contenu

Les cicatrices invisibles du génocide des Tutsis au Rwanda

Santé
Rwanda
« Les besoins d’aide psychologique restent énormes.»  Vingt ans après, le génocide des Tutsis laisse encore de lourdes cicatrices explique Augustin Nziguheba, psychologue et expert de Handicap International dans la région.
Augustin Nziguheba, psycholoog van Handicap International in Rwanda

« Les besoins d’aide psychologique restent énormes.»  Vingt ans après, le génocide des Tutsis laisse encore de lourdes cicatrices explique Augustin Nziguheba, psychologue et expert de Handicap International dans la région.

Le Rwanda enregistre le plus haut niveau de troubles de stress post-traumatique de la région, la cause principale étant le génocide des Tutsis en 1994. Des recherches menées en 2009  ont permis d’établir que 2,65 millions de personnes au Rwanda (environ 29 % de la population) souffrent de troubles de stress post-traumatique. La santé mentale demeure donc une priorité publique dans ce petit État de l’Afrique des Grands Lacs.

Handicap International a débuté ses activités au Rwanda en 1994, au lendemain du génocide des Tutsis, avec comme mission la distribution d’aide alimentaire et la réadaptation. L’association a initié son premier projet de santé mentale en 1996. Il s’agissait de proposer un soutien psychosocial aux enfants qui avaient perdu leurs parents. Depuis ce moment, le projet Santé mentale ne s’est jamais arrêté. Aujourd’hui encore, plus de 7 000 personnes dans 5 districts différents bénéficient d’une aide psychosociale.

Des cicatrices d'une société entière

« Parmi les bénéficiaires, on rencontre des victimes directes du génocide des Tutsis, comme des veuves qui ont perdu leur famille », explique Augustin Nziguheba, psychologue et coordonnateur technique des projets de santé mentale de Handicap International au Rwanda. « Le projet cible aussi des prostituées, des orphelins qui sont chefs de famille, des femmes devenues mères suite à un viol, des femmes séropositives, des victimes de violence (sexuelle), des familles en crise à cause de la violence et de l’abus d’alcool, etc. »                                

« Les problèmes de santé mentale (très souvent causés par le génocide) ont clairement de graves répercussions sur la société. Une santé mentale dégradée peut être la cause et la conséquence de problèmes de couple et/ou familiaux, de perte de capacité de travail, d’augmentation de pratiques sexuelles à risque, de phénomènes de violence, etc. Tout ceci exacerbe la pauvreté des familles, entrave le développement communautaire et génère de nouveaux problèmes de santé mentale dans la société. Notre rôle est donc de briser ce cercle de violence et de santé mentale dégradée. »

La parole est d'or

« Le fait que les gens soient très fermés est un grand problème », poursuit Augustin. « Au Rwanda, on ne parle que très peu du passé, ni même des problèmes actuels. Je rencontre régulièrement des victimes qui ont vécu des choses horribles et qui n’ont jamais eu l’occasion d’en parler. C’est insupportable.

Handicap International organise avec ses partenaires des groupes de partage et garantit un soutien social (parfois avec des activités génératrices de revenus à vocation thérapeutique) et psychologique (par exemple des séances de thérapies individuelles menées par un psychologue de Handicap International). Grâce à la “règle de protection” qui doit être respectée par tous ceux qui participent aux groupes de parole, les victimes osent s’exprimer, souvent pour la toute première fois. Progressivement, un sentiment de confiance entre personnes – souvent inexistant auparavant – est né. Les résultats de cet accompagnement, qui peut durer des années, sont parfois étonnants. Je rencontre des bénéficiaires qui disent “J’arrive à parler aux personnes qui ont tué ma famille. »

Une commémoration délicate

« Malgré le travail de Handicap International et les efforts du gouvernement, les besoins de soutien demeurent énormes. Ils risquent d’être encore plus prégnants au moment de la commémoration du génocide des Tutsis », s’inquiète Augustin. En mettant à la disposition des autorités et de la communauté des équipes de psychologues et des agents sociaux, Handicap International et ses partenaires contribuent à appuyer la prise en charge psychologique des personnes susceptibles de se trouver à nouveau confrontées à ces événements anciens et qui pourraient en être traumatisées.

Si vous voulez en savoir plus, lisez l'interview détaillée d'Augustin :

Pour aller plus loin

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre
© HI
Santé Urgence

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus
© HI
Santé Urgence

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus

Toute la ville de Fafan est confinée. Mohamed a peur pour sa famille : il craint que la pandémie ne s’étende dans la région. Handicap International est à ses côtés.