Libye : la vie des civils en danger

  • Vue d'un pâté de maisons abandonnées
  • Une maison dont une partie de la façade a été détruite par l'explosion d'une bombe
  • Un démineur de Handicap International accroupi examine un obus d'environ 50 cm de long

Le 4 avril, les forces de l'Armée nationale libyenne ont lancé une offensive contre celles soutenant le gouvernement de l'Accord national pour prendre le contrôle de Tripoli.

Handicap International (HI) exprime sa vive inquiétude concernant les combats en périphérie de la capitale, Tripoli, qui mettent en danger de nombreux civils à mesure qu’ils s'étendent aux quartiers d’habitation. L’impact humanitaire des affrontements pourrait être dévastateur pour eux. La dégradation de la situation sécuritaire a engendré l’arrêt quasi-total des activités de HI.

L’association condamne toute utilisation d’armes explosives à large rayon d’impact, comme les tirs de mortier ou d’artillerie, en zones peuplées. Les parties au conflit doivent tout faire pour protéger les civils et, notamment, ne pas mener d’attaques avec des armes qui les touchent de façon indiscriminée. »

Selon les Nations unies, 4.500 personnes ont déjà fui les combats ; de nombreuses familles restent bloquées par les affrontements. 47 personnes ont été tuées (dont cinq civils) et 181 blessées.

Handicap International mène depuis 2016 une campagne internationale Stop Bombing Civilians pour obliger les Etats à agir contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. 90% des victimes de cette pratique sont des civils.
Cliquez ici pour signer la pétition.