Accès direct au contenu

Martin peut à nouveau marcher

Pour que les Burundais handicapés qui ne peuvent pas se payer les soins nécessaires bénéficient quand même d’un traitement, Handicap International a créé sur place un fonds de soutien. L’une des personnes aidées par ce fonds est Martin, un petit garçon âgé de 6 ans. 

Voici un an qu’il séjourne au centre de revalidation de la ville de Gitega, le Centre national d'appareillage et de rééducation (C.N.A.R.). Il souffre d’hypotonie généralisée, maladie caractérisée par une insuffisance du tonus des muscles du corps. Auparavant, cela l’empêchait de se lever, et il pouvait à peine s’asseoir convenablement. Chaque jour, le petit garçon participe à des exercices individuels et à des exercices de groupe sous la direction d’une kinésithérapeute. Son état s’améliore visiblement. A présent, il est capable se rendre seul à la salle de kinésithérapie en traversant la cour intérieure du centre avec un rollator.

Dans une prochaine phase, il va apprendre à marcher avec des béquilles. « Dans six mois, ce garçon pourra parfaitement tirer son plan, explique Anicet Nibaruta, la kinésithérapeute. Lorsque Martin est arrivé dans le centre, il avait des problèmes d’orientation et ne parlait pas », se souvient-elle. Quelle différence avec ce petit gars joyeux et bavard qui adore faire la démonstration de ses nouvelles capacités ! Le coût des traitements de kinésithérapie comme les béquilles de Martin seront pris en charge par le fonds de solidarité. Anicet Nibaruta a suivi des formations complémentaires auprès de Handicap International pour pouvoir encore mieux aider des enfants comme Martin.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.