Accès direct au contenu

«Monica se relève ! »

Réadaptation Santé Urgence
Soudan du Sud
Monica, 9 ans, vit dans un camp de déplacés à Yusuf Batil, au Soudan du Sud. L'année dernière, elle a contracté le syndrôme de Guillain-Barré et est devenue paralysée des deux jambes. Grâce au soutien des équipes de Handicap International, aujourd’hui, Monica remarche. 
Monica dans une robe jaune se tient debout dans la chambre commune de l'hôpital. Elle rit en s'appuyant sur un lit.

Monica, 9 ans, vit dans un camp de déplacés à Yusuf Batil, au Soudan du Sud. L'année dernière, elle a contracté le syndrôme de Guillain-Barré et est devenue paralysée des deux jambes. Grâce au soutien des équipes de Handicap International, aujourd’hui, Monica remarche.

Face aux combats violents qui déchirent le Soudan du Sud depuis novembre 2013, Monica, 9 ans, vit avec sa famille dans un camp de réfugiés à Yusuf Batil, dans le comté de Maban[1]. Un matin d’août 2014, Monica se réveille avec une forte fièvre, incapable de se lever : « Elle n’avait plus de force. On ne dramatise pas et on lui donne un médicament. Trois jours plus tard, Monica n’arrive plus à marcher. On essaie de la soigner avec des herbes thérapeutiques traditionnelles, mais sans succès. On ne savait plus quoi faire», explique sa maman.

En novembre 2014, lors d’une visite de Monica à l’hôpital du comté de Maban, les médecins lui diagnostiquent le syndrôme de Guillain-Barré (GBS), une maladie où le système immunitaire s’attaque au système nerveux [2], et lui prescrivent un traitement médical. Quelques semaines plus tard, les équipes volantes [3] de réadaptation de Handicap International rencontrent Monica. La fillette bénéficie de séances de réadaptation et d’entrainements physiques quotidiens de Handicap International tout en étant suivie médicalement. Le bilan est positif. Après trois semaines de réadaptation, Monica se relève. Elle peut à nouveau se déplacer seule, et retrouve son grand sourire.

"Personne ne doit être oublié"

« Dans ce contexte de crise politique, depuis décembre 2013, 1,5 million de Sud Soudanais ont dû fuir à l’intérieur du pays. Nombreux d’entre eux vivent dans des camps de déplacés. Ils n’ont pas toujours accès à l’eau potable, à l’alimentation, aux soins de santé et à d’autres services spécifiques, comme à des soins de réadaptation. Afin de permettre aux plus vulnérables - et notamment aux personnes handicapées, de bénéficier de services de réadaptation et de psychomotricité nécessaires, des équipes volantes de Handicap International se rendent dans les zones de Nimule, Yambio, Lankien, Maban et Yida [4]. Depuis  2014, 229 personnes handicapées ont été prise en charge et 1 964 séances de réadaptation et de psychomotricité ont été menées», explique Lucia Morera Porres, directrice du programme de Handicap International au Soudan du Sud. « Venir en aide aux plus vulnérables est essentiel. Personne ne doit être oublié ».

[1] Etat du Nil Supérieur.

[2] Maladie où le système immunitaire s’attaque au système nerveux périphérique.

[3] Equipes d’experts en réadaptation et au niveau psychosocial qui, à la demande d’autres organisations humanitaires, sont envoyées sur différentes zones du Soudan du Sud, afin d’appuyer, former et apporter un service direct aux bénéficiaires des autres ONG.

[4] En collaboration avec des organisations partenaires :  Save the Children, MSF Espagne, MSF Pays-Bas, Samaritan’s Purse et International Rescue Committee.

 

 

Pour aller plus loin

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19
© Coalición LACRMD
Réadaptation Santé Urgence

HI aide les Vénézuéliens réfugiés en Colombie durant l’épidémie Covid-19

Face à la crise du covid-19, HI apporte un soutien aux vénézuéliens réfugiés en Colombie, pays qui compte près d’un million de personnes contaminées. Les conséquences de l’épidémie sont dramatiques.

 

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.