Accès direct au contenu

Tout quitter pour survivre

Réadaptation Urgence
Kenya Soudan du Sud
Rose a du quitter son mari pour sauver ses enfants. Elle fait partie des réfugiés poussés à tout abandonner à cause de la crise alimentaire.A peu près 80 % de ces réfugiés sont des femmes et des enfants qui ne trouvent plus assez de nourriture pour survivre.
Un kinésithérapeute de Handicap International fait des exercices à un petit garçon amaigri, sur un tapis posé sur le sol en terre , sous une tente. La maman les regarde en souriant.atje met de kleine Samuel terwijl zijn mama toekijkt

Rose a du quitter son mari pour sauver ses enfants. Elle fait partie des réfugiés poussés à tout abandonner à cause de la crise alimentaire.A peu près 80 % de ces réfugiés sont des femmes et des enfants qui ne trouvent plus assez de nourriture pour survivre.

Dans le camp, sous l'abri bâché qui lui sert de toit, Rose écoute attentivement le kinésithérapeute de Handicap International qui lui explique les exercices qu'elle fera faire à son fils Samuel âgé de quatre ans, atteint de d'infirmité motrice cérébrale.

Rose et ses quatre enfants sont originaires de la ville de Juba, au Soudan du Sud. La famille y tenait une petite épicerie. Mais en juillet 2016, lorsque les combats se sont intensifiés, Rose et son mari n’ont pas réussi à faire face à la flambée des prix pour sauver leur commerce.

N’ayant plus d’argent pour nourrir leurs enfants, Rose a décidé de les emmener toute seule au Kenya, encouragée par son mari malheureusement trop malade pour entreprendre un tel voyage. Elle a appris son décès il y  a peu.

Rations de survie

La vie dans un camp reste compliquée pour les personnes handicapées et leurs proches dans les camps. Etant seule pour s'occuper de Samuel, Rose n'arrive pas accéder à tous les services proposés dans le camp et elle ne peut pas travailler pour améliorer leur quotidien.

La famille survit grâce aux rations alimentaires. Il arrive parfois qu'un de ses enfants doive manquer l'école pour s'occuper de son frère, qui demande une attention constante.

Bouger pour plus de liberté

Plus que jamais, Rose a besoin d’aide pour élever ses enfants et faire progresser Samuel. Depuis qu'elle a rencontré l’équipe de kinésithérapeutes de Handicap International en février, elle répète assidûment les exercices avec Samuel. Elle espère le rendre plus autonome pour pouvoir se déplacer avec lui autour du camp.

Elle constate déjà une amélioration : « Mon fils semble plus détendu et bouge ses membres plus facilement ».

La kinésithérapie change la vie d'enfant comme Samuel et sa famille. Cliquez ici pour faire un don.

Pour aller plus loin

Journée mondiale des lésions de la moelle épinière : allons un pas plus loin pour relever le défi !
© Sarah Pierre/Handicap International
Réadaptation

Journée mondiale des lésions de la moelle épinière : allons un pas plus loin pour relever le défi !

Lors de la Journée mondiale des lésions de la moelle épinière, Erik Weerts - spécialiste de la réadaptation d'urgence chez Handicap International - explique comment ce type de lésion peut avoir de graves conséquences à long terme et comment la réadaptation physique peut faire la différence pour les personnes touchées, leur famille et leur communauté.

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.