Accès direct au contenu

«Notre priorité ? Les plus vulnérables !»

Urgence
Soudan du Sud
20 millions de personnes sont victimes d’une crise alimentaire majeure au Soudan du Sud, en Somalie, au Yémen et dans le Nord-Est du Nigéria. Handicap International se mobilise pour faire face à la pire crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.
Vue du camp de réfugiés de Juba, des enfants et des adultes au milieu de tentes, de bidons d'eau

20 millions de personnes sont victimes d’une crise alimentaire majeure au Soudan du Sud, en Somalie, au Yémen et dans le Nord-Est du Nigéria. Il s'agit de la pire crise humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale.

La sécheresse touche depuis plusieurs mois plusieurs pays de l’Afrique de l’Est : la Somalie, le Kenya, l'Ethiopie, Djibouti, l'Ouganda, le Soudan du Sud et dans une moindre mesure la Tanzanie, entraînant une grave crise alimentaire. Les conflits ravageant certains de ces pays aggravent encore la situation. La crise est particulièrement grave au Soudan du Sud, en Somalie, au Yémen et dans le Nord-Est du Nigéria ; l'état de famine a par ailleurs été déclaré au Soudan du Sud [1].

« Dans cette région d’Afrique, une grande partie de la population vit habituellement dans une très grande précarité. Des milliers de familles habitent dans des villages sans services médicaux, sans eau potable… Alors imaginez la situation des personnes handicapées, des personnes très âgées quand toute une région est frappée par une crise alimentaire. Notre priorité est donc de nous tourner avant tout vers ces personnes… » déclare Jeroen Stol, chef de mission pour l'Afrique de l'Est de Handicap International.

L'importance de l'inclusion

.Handicap International sensibilise et forme les organisations humanitaires à mieux inclure les personnes handicapées dans leurs programmes : « Les professionnels de l’humanitaire sont encore trop peu formés pour bien repérer les personnes handicapées, comprendre la spécificité de leurs besoins et y répondre, explique Ricardo Pla Cordero, référent technique inclusion dans l’action humanitaire à Handicap International. Dans une situation de crise majeure, quand des centaines de milliers de personnes requièrent une aide rapide, il est essentiel de prendre en compte les plus fragiles, qui sont de fait davantage en difficulté faute de pouvoir se déplacer, et nécessitent donc une attention particulière. Nous appelons donc les organisations humanitaires et les Etats à soutenir la Charte pour l’inclusion des personnes handicapées dans l’aide humanitaire que Handicap International a contribué à élaborer et  lancer aux côtés d’organisations représentantes des personnes handicapées en mai 2016, lors du Sommet humanitaire mondial à Istanbul. »

Nos actions

Ethiopie

L’Ethiopie accueille de nombreux réfugiés majoritairement sud-soudanais dans les camps existants sur son territoire, comme ceux dans la région de Gambella. Le pays est également touché par la famine.

  • Handicap International mène aujourd’hui des sessions de kinésithérapie pour soutenir la croissance des enfants malnutris.
  • L’association veille également à ce que les points d’eau et les sanitaires soient accessibles aux personnes à mobilité réduite.Handicap International renforce ses actions en assurant notamment de la kinésithérapie de stimulation pour les enfants malnutris.
  • Dans les régions de Gambella et de Dire dawa, l’association souhaite renforcer ses activités de réduction des risques pour donner les moyens aux populations réfugiées et locales de faire face à cette crise climatique.

Ouganda

Handicap International s’active pour obtenir des financements internationaux, afin de déployer des équipes auprès des réfugiés sud-soudanais qui, en plus de fuir les violences de leur pays, sont touchés par la sécheresse. L’association cherche à intervenir spécifiquement auprès des personnes fragiles (personnes handicapées, âgées, femmes enceintes, etc.) et des incapacités psychosociales (personnes traumatisées, isolées…). Cette mission doit aussi permettre de collecter des informations plus précises sur la situation au Sud Soudan où l’accès humanitaire est toujours extrêmement réduit du fait des conditions sécuritaires.

Somalie (Somaliland/Puntland)

Handicap International est présente dans les deux provinces du Puntland et du Somaliland qui ont déclaré leur autonomie et indépendance par rapport à la Somalie.

  • En Somalie, Handicap International a l'intention de sensibiliser et former les organisations humanitaires pour que les personnes les plus vulnérables soient prises en compte dans leur réponse à l’urgence.
  • L’accès à l’eau et à la nourriture à long terme est une autre priorité pour l’association : « Après des mois de sécheresse terrible, la saison des pluies qui commence maintenant risque d’être désastreuse pour les populations. Une seconde vague de sécheresse est prévue à partir de juillet : nous voulons donc donner aux populations touchées un accès pérenne à l’eau et à la nourriture : cela pourrait se traduire par le creusement de puits et la mise en place de parcelles pour la culture de produits agricoles résistants au changement climatique », explique Xavier Duvauchelle, responsable des programmes pour l’Afrique de l’Est et du Sud.

Soudan du Sud

Il est très difficile d’intervenir actuellement au Soudan du Sud : les zones les plus touchées par la sécheresse et la famine sont quasi-inaccessibles à cause du conflit et des exactions qui se multiplient.

Handicap International vise à assurer la continuité de ses actions humanitaires actuelles : services de réadaptation et soutien psychosocial à Yei, Torit et Juba, intervention d’une équipe volante spécialisée dans ces deux domaines selon les urgences. Cette équipe se déploie en soutien à d’autres organisations humanitaires afin de compléter leurs services. Elle comprend une cellule inclusion pour former les organisations partenaires ainsi que les communautés dans la prise en charge des personnes les plus vulnérables qui présentent des besoins spécifiques.

Yémen

Au Yémen, le conflit en cours depuis deux ans est à l’origine d’une situation générale d’insécurité alimentaire : " Dans ce pays, la guerre a fortement perturbé l’importation de nourriture et considérablement réduit les moyens de subsistance et les sources de revenus des ménages", précise Arnaud Pont, responsable des opérations d’urgence au Yémen. Les équipes de Handicap International sur place évaluent actuellement les besoins en vue d’une possible intervention.

[1] Depuis 2007, le terme de famine est employé dans le cadre d'un système mondial de classification, l'échelle IPC, élaboré par plusieurs agences humanitaires. Pour l'IPC, la famine est déclarée dès lors que plus de 20% de la population d'une région a un accès très limité à la nourriture de base, que le taux de mortalité est supérieur à deux personnes pour 10 000 par jour et qu'une malnutrition aiguë touche plus de 30% de la population.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».