Accès direct au contenu

Octobre - l’ouragan Sandy fait 9 morts et des milliers de déplacés

Urgence
Haïti
Le 24 octobre, Sandy crache sa colère sur Haïti et Cuba avant d’aller frapper New York. La population haïtienne est à genoux après le passage de l’ouragan. On craint les épidémies, le manque de nourriture. Handicap International a apporté son aide aux victimes.
Photo prise après l'ouragan Isaac en septembre 2012

« Avant même le passage de l’ouragan, nos équipes présentes en Haïti étaient en alerte, explique Laurent Davy, responsable des opérations d’urgence en Haïti, chez Handicap International. Et ce vendredi, nous avons pu les déployer dans les zones affectées pour mesurer l’ampleur des dégâts et des besoins des populations. L’objectif est de pouvoir ensuite apporter une réponse adaptée aux personnes les plus faibles, et ce dans des délais très brefs ».

L’ouragan s’est abattu sur Haïti dans la nuit de mercredi à jeudi (le 24 octobre). Selon les autorités haïtiennes, neuf personnes ont trouvé la mort, trois sont portées disparues. Par ailleurs, 10 000 personnes auraient été déplacées, plusieurs régions ont été inondées. Des routes ont été coupées, des maisons endommagées. Dans la ville de Les Cayes, un hôpital a été inondé. Le sud du pays a été le plus touché par cet ouragan.

Présente depuis 2009, Handicap International est toujours sur place, avec notamment des actions de réadaptation, mais également un Mécanisme de réponse rapide à l’urgence (RRM), mis en place pour faire face, avec les autorités locales, aux catastrophes qui affectent régulièrement Haïti. « Le principe même du dispositif que nous avons mis en place en lien avec la Direction de la Protection Civile haïtienne, est de permettre de procéder à une évaluation rapide des zones impactées dans les 24 heures suivants une catastrophe naturelle,  en s’appuyant sur les acteurs locaux (autorités, comités de la DPC…) préparés et formés pour réagir en cas de situation de crise  », explique Aline Martin, chef de mission urgence en Haïti.



 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».