Accès direct au contenu

Philippines: Améliorer l'accès à l’aide humanitaire

Urgence
La tempête tropicale Washi, qui a frappé le sud des Philippines en décembre 2011, a dévasté les villes de Cagayan de Oro et Iligan et a forcé un grand nombre de personnes à se rendre dans des centres d'évacuation. Cinq mois plus tard, la population a encore du mal à faire face aux conséquences de cette catastrophe. L’action de Handicap International vise à améliorer l'accessibilité et les conditions de vie au sein de ces centres. L’association continue également d’aider les personnes les plus vulnérables, touchées par cette tempête.
image après la tempête tropicale Washi

La tempête tropicale Washi, qui a frappé le sud des Philippines en décembre 2011, a dévasté les villes de Cagayan de Oro et Iligan et a forcé un grand nombre de personnes à se rendre dans des centres d'évacuation. Cinq mois plus tard, la population a encore du mal à faire face aux conséquences de cette catastrophe. L’action de Handicap International vise à améliorer l'accessibilité et les conditions de vie au sein de ces centres. L’association continue également d’aider les personnes les plus vulnérables, touchées par cette tempête.

Handicap International, qui œuvre aux Philippines depuis 1985, a conduit une évaluation des besoins des personnes affectées, en se préoccupant plus particulièrement de 300 personnes très vulnérables touchées par la tempête Washi en visitant les centres d'évacuation, les sites transitoires et les communautés affectées. 20% d’entre eux ont reçu des aides spécifiques (par exemple des béquilles, cannes, fauteuils roulants) et 12% ont bénéficié d’une intervention médicale (concernant par exemple les yeux). Pour améliorer encore l'accès des personnes en situation de handicap aux services, plusieurs équipements ont été construits dans les centres d'évacuation.

"Beaucoup de maisons ont été détruites, explique Catherine, de sorte que les autorités locales ont décidé de transférer les personnes sans-abri dans différents centres d'évacuation. Handicap International a envoyé une équipe dans ces centres afin d'identifier les problèmes d'accessibilité. Dans celui appelé «Tent City 2 », se trouvant dans la zone Calaanan, nous avons remarqué que le pont traversant la rivière toute proche était dangereux. Il a été fait à partir d’arbres de noix de coco et était donc très instable. Les personnes vivant dans le camp l'utilisaient quotidiennement pour aller aux toilettes, faire la lessive et pour trouver du bois à la rivière. Selon les habitants, de nombreux accidents, en particulier impliquant des personnes âgées, sont arrivés sur le pont. Bon nombre de ces accidents ont entraîné des contusions, des blessures et de foulures. "Le lendemain de la réunion entre Handicap International et le directeur du camp, sept bénévoles de la communauté ont démarré les travaux du pont. Aujourd'hui, entre 50 et 100 personnes par jour peuvent le traverser en toute sécurité.

«Tous ces petits succès ont été possible grâce à la mobilisation de Handicap International auprès des autres ONG intervenant sur place et de la coordination des organismes gouvernementaux locaux", explique Catherine Vasseur, directrice du programme Handicap International aux Philippines. "Nous avons pu encourager le Comité sur le logement permanent à fournir dix emplacements pour les plus vulnérables. Ecoville-Lumbia Management a également accepté d’accueillir une vingtaine de personnes handicapées sur ses sites de réinstallation permanente. Cette coordination a permis de fournir des équipements spécifiques pour les logements, nous avons pu aller plus loin en encourageant le Comité à prendre en compte l’accessibilité des maisons et à les affecter en priorité aux personnes handicapées ».

Poursuivre et élargir le soutien aux personnes les plus vulnérables

"Pour s'assurer que les personnes vulnérables et leur famille reçoivent l’aide indispensable, dans les prochains mois l’équipe va s’efforcer d'étendre sa présence en collaborant avec les autorités locales, les établissements scolaires, et les autres intervenants grâce à la orientation des personnes en situation de handicap, des formations, et un soutien psychosocial "

Handicap International mettra également en place Disability and Vulnerability Focal Point (DVFP) à Cagayan de Oro, Iligan et dans les régions avoisinantes, afin de proposer aux personnes handicapées des informations sur l’aide disponible, la fourniture de dispositifs d'assistance et d'adaptation ainsi que du soutien psychosocial. « Nous voulons aussi faire en sorte que les personnes vulnérables soient bien préparées et sachent comment se comporter dans les situations de catastrophe à venir », explique Catherine.
 

Pour aller plus loin

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après
© Davide Preti/HI
Réadaptation Urgence

Haïti: l'intervention de HI suite au séisme, dix ans après

Haïti n’a pas été épargnée au cours de ces 10 dernières années. À un tremblement de terre dévastateur, suivi d’un terrible ouragan en 2016, s’ajoute une grande instabilité politique qui paralyse encore le pays aujourd’hui. En 2010, HI a déployé en Haïti l’une de ses plus grandes interventions d’aide humanitaire. Elle apporte encore aujourd’hui une contribution majeure au renforcement du réseau local de réadaptation physique.   

 

HI soutient les victimes de la guerre
© HI
Réadaptation Urgence

HI soutient les victimes de la guerre

Après un bombardement au Nord du Yémen, Abdulrahmam a eu le bras droit fracturé avec des lésions vasculaires qui ont entraîné une gangrène. Il a dû être amputé. HI est à ses côtés.

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.